1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Municipales à risque pour l'ANC

Le parti au pouvoir, l'ANC pourrait perdre le contrôle de plusieurs mairies du pays, à l'issue des municipales qui ont lieu ce mercredi. Mais il ne faudrait pas s'attendre à un séisme politique.

Au pouvoir depuis plus de 20 ans, le Congrès national africain est sous pression pour ces élections. Il ne s’agit que d’un scrutin local, mais il s’inscrit dans un contexte où l’ANC est de plus en plus critiqué. Les résultats feront office de test pour le parti au pouvoir. À Kliptown, un township historique et toujours très pauvre de Soweto, beaucoup lui reprochent une transformation trop lente.

"J’ai choisi de voter EFF car je pense que c’est le seul parti politique qui peut amener le développement ici à Kliptown. On vit dans des conditions inhumaines. Ce n’est pas pour cela qu’on a voté en 1994."

"Cette fois je n’ai pas peur du changement. Avant, je votais pour l’ANC mais ils ne tiennent pas leur promesses. Au lieu de s’améliorer, les choses empirent. Donc je pense que je vais voter pour l’Alliance démocratique."

Large soutien des aînés pour l'ANC

L’économie qui se porte mal, les scandales de corruption, risquent d’éroder l’électorat du parti hégémonique. Les deux principaux partis d’opposition, l’Alliance démocratique et les Combattants pour la liberté économique pourraient récupérer ces voix. Mais il ne faut pas s’y tromper, l’ANC jouit encore d’un large soutien, surtout parmi les aînés. "L’ANC est le parti qui s’est battu pour notre liberté. Je crois en eux. Jusqu’à ma mort, je ne changerai jamais."

Pour l’analyste politique Ralph Mathekga, il ne faut pas s’attendre à un séisme: "Cela prend du temps pour que les gens changent leur opinion lorsqu’ils votent. L’ANC a une base historique, c’est ce que les gens connaissent, en quoi ils ont confiance. Certains vous diront qu’ils ont un problème avec Jacob Zuma, mais pas avec l’ANC. Et je ne pense pas qu’il s’agisse ici d’un référendum sur Zuma. Mais à certains endroits, il pourrait effectivement y avoir une forte chute."

Localement, des basculements importants sont possibles. La perte d’une grande ville placerait le président Jacob Zuma dans une position difficile à trois ans de la fin de son second mandat.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !