1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

MSF dénonce la stratégie de l'UE en Libye

L'ONG Médecins sans Frontières a dénoncé, dans une lettre ouverte aux gouvernements européens, la stratégie qui consiste à coopérer avec la Libye pour endiguer le flux de migrants.

Le point de presse de Médecins sans Frontières de ce jeudi fait suite à la publication, la veille, par la Commission européenne, des chiffres qui montrent un fort recul du nombre de migrants empruntant la route de la Méditerranée centrale. Cette  tendance pourrait être le résultat des accords passés entre Bruxelles et les pays africains, comme le Niger et la Libye, visant à renforcer les contrôles aux frontières et à couper les routes de la migration. 

L'Union Européenne n'est pas seule 

Mais pour MSF, le financement européen cherche aussi et surtout à empêcher les bateaux de quitter les eaux libyennes. Dans son courrier adressé aux dirigeants européens, "nous parlons d'une cruauté systématique pour torturer les gens et pour leur extorquer de l'argent"  a déclaré Joanne Liu, la présidente de MSF International, qui accuse "les dirigeants européens d'alimenter un système criminel".

Les réactions à Bruxelles

Après la publication de la lettre de MSF condamnant la politique européenne de collaboration avec la Libye, les réactions ne se sont pas faites attendre:  "on est tout à fait conscient des conditions absolument inacceptables, scandaleuses voire inhumaines dans lesquelles certains migrants se trouvent dans les camps de rétention en Libye. On ne reste pas aveugle face à cela. On agit et on veut changer la situation", a admis Catherine Ray, porte-parole de l'Union européenne, qui estime qu'une des priorités de la Commission est de sauver des vies et de protéger les migrants. 

Dans les quatre rapports rendus publics mercredi, la Commission européenne se félicite des progrès enregistrés dans la gestion des flux migratoires. Bruxelles a insisté sur le fait qu'il faut cependant aider les pays de départs de migrants sur lesquels s’exerce une forte pression.

Des propos qui ont fait réagir Michael Neuman, Directeur d'Études au Centre de réflexion de MSF: "ces politiques de fermeture des frontières notamment dans les pays du Sahel ont comme effet d'engorger économiquement ces pays. Ces pays qui vivent historiquement et structurellement de la migration. Ces sont des régions au coeur de la CEDEAO où les mobilités font partie du paysage social et économique", estime-t-il. 

Enfin, devant les journalistes, à Bruxelles, la présidente de MSF International a demandé à ce qu'on arrête de renvoyer les migrants dans le "pays cauchemardesque qu'est la Libye". Dans ces conditions, Bruxelles cherche à organiser des voies légales vers l'Europe "pour ceux qui ont besoin d'une protection internationale".

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !