Mogadiscio à feu et à sang | Afro-presse (hebdomadaire) | DW | 27.08.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afro-presse (hebdomadaire)

Mogadiscio à feu et à sang

Des centaines de civils ont fui les combats à Mogadiscio. Cette nouvelle flambée de violence en Somalie a fait plus de 80 morts. Elle inspire des articles à la presse allemande.

default

Combattants islamistes en 2008

Beaucoup de morts à Mogadiscio, titre la Frankfurter Allgemeine Zeitung. La dernière offensive des chebab a commencé lundi après-midi par des combats d'une rare violence au nord, au sud et à l'ouest de la capitale somalienne. Les islamistes radicaux, note la Frankfurter Rundschau, ont sonné la charge contre le palais présidentiel - le dernier bastion du gouvernement intérimaire dirigé par le président Sheikh Sharif Ahmed, dont les troupes, formées entre autres par l'armée allemande en Ouganda, se révèlent de plus en plus inefficaces. Le siège de la présidence n'a été sauvé que grâce à l'intervention des soldats ougandais et burundais stationnés dans le cadre de l'Amisom. Mais souligne plus loin le journal, le renforcement de cette force de l'Union africaine, qui doit passer de 6 000 à 8 000 hommes, est précisément ce qui a déclenché l'offensive des islamistes. Ils voulaient créer des faits avant que leur adversaire ne puisse se renforcer. Cet accroissement des effectifs de l'AMISOM, ajoute notre confrère, est au demeurant contesté chez les spécialistes de la Somalie: il ne ferait qu'accroître le nombre des partisans des chebab, toute ingérence extérieure en Somalie étant honnie au plus haut point.

Mauretanische Armee Terrorbekämfung in der Sahara

L'armée mauritanienne dans sa lutte anti-terroriste

Liberté pour deux otages

Toujours à propos d'islamistes radicaux, la presse allemande se fait aussi l'écho de la libération des deux otages espagnols par la branche maghrébine d'al Qaida.

Cette libération est intervenue après neuf mois de captivité. Aux yeux de la Tageszeitung elle est pour AQMI un double succès en terme de propagande. Premièrement, elle place le groupe islamiste sous un meilleur jour que s'il avait exécuté les deux Espagnols, comme cela s'est passé en juillet avec l'otage français. Deuxièmement, le transfert des otages au Burkina Faso souligne l'extension du rayon d'action géographique des islamistes. Mais poursuit le journal, la libération des deux Espagnols est aussi un bon coup pour le président burkinabé Blaise Compaoré, qui a envoyé un conseiller au Mali pour réceptionner le convoi. Blaise Compaoré, le doyen des chefs d'Etat en Afrique de l'ouest, se considère comme le médiateur en chef de la région. La Côte d'Ivoire et la Guinée en sont les derniers exemples en date. Il aimerait étendre ce rôle vers le nord, après que la Mauritanie et le Mali se sont déchirés sur le comportement à adopter vis-à-vis d'Al Qaida au Maghreb islamique.

Frauen Ost Kongo Afrika

Femme dans un camp de réfugiés à Goma

 

Viols collectifs en RDC

Un autre sujet, déjà maintes fois évoqué, revient cette semaine dans les colonnes de la presse allemande: ce sont les violences sexuelles dans l'est de la République démocratique du Congo. Des violences récurrentes, car comme l'écrit la Süddeutsche Zeitung, dans les montagnes et les forêts de l'est du Congo, où milices et armée gouvernementale tyrannisent et pillent les civils depuis des années, les violences sexuelles sont largement répandues et difficiles à endiguer. Selon les Nations unies et des organisations humanitaires de nouveaux viols collectifs ont eu lieu dans le Nord-Kivu. Plus de 150 femmes, fillettes et garçons en ont été victimes. Personne, souligne le journal, n'expie ce genre de crime. Cette fois-ci la responsabilité des viols est attribuée à des combattants mai-mai et des miliciens des FDLR, les forces démocratiques de libération du Rwanda. Ils ont occupé la localité de Luvungi du 30 juillet au 3 août, mais l'Onu ne dit avoir entendu parler de violences sexuelles que le 12 août, alors que des casques bleus ne sont stationnés qu'à quelques kilomètres du lieu du crime.

La Tageszeitung relève que la Monusco elle-même, la mission de l'ONU au Congo, ne s'est pas exprimée. Elle est déjà sur la défensive depuis que dans la nuit du 17 au 18 août trois casques bleus indiens ont été assassinés dans le Nord-Kivu. Mais note le journal dans un autre article, la non-intervention de l'ONU dans ces nouveaux viols de masse fait des vagues. Ban Ki-Moon a annoncé l'envoi sur place de l'Indien Atul Khare, directeur adjoint du départment de l'ONU pour les opérations de maintien de la paix. La représentante spéciale pour la lutte contre les violences sexuelles, la Suédoise Margot Wallström, sera chargée de coordonner les suites à donner à l'enquête. Ban Ki Moon marginalise ainsi la Monusco, dont la passivité a soulevé de nombreuses critiques.

Opfer der LRA im Kongo

Victimes de la LRA au Congo

 

Affaiblir la LRA

Dans un autre article la Tageszeitung s'intéresse aux rebelles ougandais de l'Armée de résistance du seigneur. Comme l'écrit le journal, depuis qu'ils ont quitté l'Ouganda pour pénétrer en République démocratique du Congo et en République Centrafricaine les rebelles de la LRA rendent les savannes de la Centrafrique aussi incertaines que l'était auparavant le nord de l'Ouganda. Enlèvements d'enfants, attaques, incendies, les méthodes n'ont pas changé. Par crainte que l'immense territoire de la Centrafrique ne devienne un nouveau sanctuaire pour des bandits de toute la région, la France et les Etats-Unis renforcent maintenant leur présence militaire dans le pays. 19 experts militaires américains sont déjà stationnés à Obo, dans l'extrême sud-est du pays. L'information a été confirmée par le ministre de la défense Jean-Francis Bozizé, le fils du président François Bozizé. L'affaiblissement de la LRA et des milices hutus rwandaises des FDLR, poursuit le journal, est l'un des piliers de la politique américaine en Afrique centrale. L'objectif est d'empêcher que des pays voisins soient déstabilisés à partir du territoire congolais et que de nouvelles guerres éclatent dans la région.

Auteur: Marie-Ange Pioerron
Edition: Fréjus Quenum

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !