1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Mise en quarantaine massive au Mali

Le virus Ebola refait parler de lui au Mali. Après une fillette de deux ans et un sexagénaire, tous deux originaires de Guinée, un jeune infirmier malien âgé de 25 ans est décédé de la fièvre hémorragique à virus Ebola.

Un cas suspect est placé sous observation près de la capitale Bamako

Un cas suspect est placé sous observation près de la capitale Bamako

Par crainte d'une large propagation de la maladie, le gouvernement de Bamako est en alerte maximale. Plusieurs dizaines de personnes dont des soldats de la MINUSMA, la force de l'ONU déployée au Mali sont placées en quarantaine.

Selon l'Agence France Presse, un médecin soupçonné d'avoir été en contact avec les deux précédentes victimes d'Ebola est en observation près de la capitale malienne. Il est enregistré comme un cas suspect d'Ebola. Mardi, dans le communiqué qu'il a publié, le ministre malien de la Santé et de l'hygiène publique indiquait que l'infirmier décédé travaillait au sein de la clinique Pasteur de Bamako et aurait été contaminé par un immigrant guinéen âgé de 66 ans. Celui-ci s'était présenté pour se faire soigner d'une insuffisance rénale, sans déclarer que plusieurs membres de sa famille étaient morts de la fièvre hémorragique.

Plusieurs dizaines de personnes y compris des casques bleus sont en quarantaine dans la Clinique Pasteur

Plusieurs dizaines de personnes y compris des casques bleus sont en quarantaine dans la Clinique Pasteur

Mobilisation générale

Dans la foulée, les autorités sanitaires du pays se sont mises en branle, pour éviter une propagation à la chaîne de la maladie. Au micro de la Deutsche Welle, Markassé N'dao, conseiller au ministère de la santé tente de rassurer les Maliens :

«Nous avons identifié le personnel sanitaire qui a eu un contact avec le défunt. Nous avons aussi identifié son domicile qui a été totalement désinfecté tout comme la structure de santé qui l'a pris en charge. Nous avons identifié les personnes en contact au niveau de la famille et nous sommes en train d'identifier tous ceux qui au-delà de ça auraient probablement eu un rapport, un contact avec le patient et nous avons un centre de prise en charge qui est assez opérationnel.»

Résultats attendus des tests de vaccin

Au Mali, ces tests ont été conduits par le centre de développement des vaccins de l'école de médecine de l'Université du Maryland, aux Etats-Unis. Selon nos informations, les vaccins seront également expérimentés dans d'autres pays africains, surtout ceux touchés par Ebola. Mais à condition que les tests faits au Mali soient concluants. Pour l'heure, il n'existe aucun vaccin contre le virus Ebola.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !