1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives

Menace de paralysie aux USA

Les services fédéraux risquent d'être fermés, si un accord n'est pas trouvé entre opposition républicaine et démocrates au sujet du budget. Au centre du bras de fer : la réforme de la santé surnommée "Obamacare".

Le Congrès à Washington plus divisé que jamais entre une chambre républicaine et un sénat démocrate

Le Congrès à Washington plus divisé que jamais entre une chambre républicaine et un sénat démocrate

La réforme de santé, c'est le projet phare du président Obama. Votée en 2010, validée par la Cour suprême en 2012, elle doit fournir une couverture santé à des millions d'Américains parmi les plus démunis à partir du 1er janvier prochain.

Pas question de remettre en cause la réforme emblématique de la santé obtenue de haute lutte

Pas question de remettre en cause la réforme de la santé, obtenue de haute lutte

Croche-pied républicain

Mais samedi soir, lors du vote du budget, la Chambre des représentants, contrôlée par l'opposition, a ajouté un amendement crucial : il prévoit le report d'un an de l'Obamacare, la réforme de la santé. Une concession faite à la droite dure, le mouvement Tea Party.

Mais le président Obama a averti qu'il ne se laisserait pas faire: "Certains ont menacé le gouvernement de fermeture s'il n'abroge pas cette loi. D'autres ont menacé d'un arrêt économique, en refusant de payer les dettes de l'Amérique, s'ils ne peuvent retarder cette loi. Tout cela n'arrivera pas tant que je suis président..."

Des fonctionnaires menacés

L'horloge de la dette publique amércaine qui a atteint aujourd'hui la somme astronomique de 16,7 milliards de dollars

L'horloge de la dette publique américaine en 2011. Elle a atteint aujourd'hui la somme astronomique de 16,7 milliards de dollars

Le chef de la majorité démocrate au Sénat a fait savoir qu'il n'accepterait pas la remise en cause de la loi sur la santé. Or les deux chambres du Congrès doivent impérativement adopter un texte commun d'ici ce soir, date de la fin de l'exercice budgétaire 2013. S'il n'y a pas d'accord de dernière minute, ce sera la paralysie.

Des centaines de milliers de fonctionnaires, hormis ceux qui travaillent dans la justice, la sécurité nationale ou les opérations militaires, seraient alors mis en congé technique dès demain matin.

Une situation semblable s'est déjà produite il y a dix-sept ans, sous la présidence de Bill Clinton. Mais aujourd'hui s'ajoute une autre urgence: le Congrès doit relever le plafond de la dette autorisée qui sera atteint à la mi-octobre. Sinon, l'Amérique première économie mondiale, sera en défaut de paiement.