1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Menace de grève générale en RDC

Après la grève des médecins, les enseignants pourraient se joindre au mouvement et accroître ainsi la pression sur le pouvoir. L'inflation est l'une des causes des frustrations.

Écouter l'audio 01:46

"Les autorités ne se sont pas montrées ouvertes au dialogue..." Dr. Félix Musikibya

Le pouvoir en RDC fait face à la grogne sociale. La grève des médecins déclenchée vendredi dernier pourrait recevoir le soutien des enseignants des universités publiques .Selon le politologue Bruno Lapika,si la grève n’a pas encore vraiment démarré au sein de l’enseignement supérieur, c’est pour deux raisons majeures. D’abord, les enseignants attendent l’application de leurs revendications relatives au réajustement salarial, un réajustement qui figurait au budget de l’Etat adopté en juin dernier.

Les médecins congolais sont déjà en gréve.

Les médecins congolais sont déjà en gréve.

Ensuite, l’université est pour le moment en pleine période de sessions d’examens. Mais au cas où leurs revendications ne seraient pas honorées, les enseignants se déclarent prêts à faire la grève. C'est ce qu'explique le professeur Bruno Lapika enseignant à l'Université de Kinshasa qui explique qu'il y a "l’environnement socio politique en général qui influe sur les conditions de vie des populations, et il faut ajouter à cela, la dépréciation de la monnaie locale, avec comme conséquence, l’augmentation des coûts des produits de première nécessité, le transport…c’est tout un cycle."

La grogne des médecins 

Les médecins ont pour leur part déclenché une grève dans les hôpitaux publics qui dure depuis vendredi dernier. Seul le service minimum est assuré, selon le docteur Félix Musikibya. Les médecins regrettent que des consultations avec le gouvernement n'aient rien donné, le docteur Félix Musikibya. estime que les autorités ne se sont pas montrées suffisamment ouvertes au dialogue.

"Maintenant face aussi à la dépréciation de la monnaie nationale, avec la vie qui devient de plus en plus chère, donc les 600 mille francs congolais équivalaient au moins à 630 dollars, mais aujourd’hui il équivaut à quelques 200 dollars."

Outre les syndicats des fonctionnaires, la Lucha, l’une des organisations de la société civile, appelle aussi à la mobilisation générale dans une semaine, en vue d’interpeller le gouvernement congolais à stabiliser l’inflation dans le pays.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !