1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Mauvaises notes pour l'Allemagne

La presse allemande commente aujourd’hui le rapport sur l’éducation de l’OCDE, l’Organisation de coopération et de développement économiques, présenté hier à Berlin, un rapport qui établit une comparaison entre les 30 pays les plus industrialisés du monde. Après le choc causé il y a quelques années par l’étude PISA, qui avait largement mis en cause le système éducatif allemand, ce rapport vient souligner une nouvelle fois les faiblesses de l’Allemagne, et notamment le manque d’investissement dans l’éducation par rapport aux autres pays.

Présentation du rapport de l'OCDE à Berlin

Présentation du rapport de l'OCDE à Berlin

Pour la Süddeutsche Zeitung, chaque publication d’un rapport sur l’éducation par l’OCDE donne aux Allemands une sensation de déjà-vu. Année après année, la même tendance ressort des statistiques : le système éducatif allemand est à la traîne par rapport aux autres pays industrialisés. Les citoyens et les hommes politiques risquent de s’habituer aux réprimandes des experts, ou bien de s’en lasser. Et ils pourraient à cause de cela rater un moment décisif. Dans les prochaines années, le nombre d’écoliers va fortement reculer, et en même temps de nombreux jeunes, issus des dernières années à fort taux de natalité, vont se presser aux portes des universités et dépasser leurs capacités d’accueil. Tout cela sera difficile à surmonter, mais représente aussi une énorme chance. Enfin on parviendra à employer plus de pédagogues pour moins d’élèves, à aider les jeunes individuellement, à surmonter les barrières entre les différents types d’écoles. Et enfin il sera possible de répondre au besoin grandissant de diplômés.

Les universités sont bondées et les professeurs sont surchargés ? Tant pis, il manque de diplômés, alors par ici les étudiants ! écrit de son côté die Welt. Si on tirait cette conclusion du rapport de l’OCDE, l’Allemagne atteindrait certes les quantités fixées par les experts, mais ne répondrait pas au besoin des universités et des jeunes gens. En ce qui concerne l’éducation supérieure, une chose est primordiale : la qualité.

Combien de fois faudra-t-il le répéter ? se demande le quotidien populaire Bildzeitung. Le niveau d’éducation en Allemagne ne fait qu’empirer. Et à chaque fois, les hommes politiques, les représentants d’associations, les soi-disant experts, les enseignants et les professeurs se plaignent à qui mieux mieux. Et ils assurent que tout va aller mieux. Il y aura plus d’argent pour l’éducation, disent les hommes politiques. Il y aura de nouveaux concepts, promettent les experts. Et ensuite ? D’interminables discussions à propos des compétences de l’Etat et de celle des Länder, et des réunions avec 16 ministres régionaux de l’éducation, jusqu’à ce que plus personne n’écoute. Et au bout du compte, tout reste tel quel. Mais est-ce que personne ne remarque que nous nous rendons coupables vis-à-vis de nos enfants ? L’éducation est le seul capital de ce pays, et il s’agit de ne pas mettre en danger notre futur.

  • Date 13.09.2006
  • Auteur Aude Gensbittel
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C6yR
  • Date 13.09.2006
  • Auteur Aude Gensbittel
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C6yR
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !