1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Sport

Marie-Josée Ta Lou en argent sur le 100m dames

A Londres, l'athlète ivoirienne s'est inclinée d'une courte tête face à l'Américaine Tori Bowie. Ces 16èmes championnats du monde d'athlétisme ont également vu Bolt finir en bronze pour sa dernière sur la distance reine.

Que ce soit au stade olympique, à la télé ou devant son poste de radio, tout le monde a vibré pour Marie-Josée Ta Lou. L'Ivoirienne a longtemps fait la course en tête, mais malheureusement s'est inclinée d'une courte tête : en effet, l'Américaine Tori Bowie s'est imposée en "cassant", c'est-à dire en se jetant la tête la première sur la ligne d'arrivée. Tori Bowie remporte l'or en s'imposant en 10'85". Marie-Josée Ta Lou, elle, est médaillée d'argent en finissant à un cheveu de l'Américaine, avec un temps de 10'86". Quant au bronze, il a été remporté par Dafne Schippers. La Néerlandaise qui a terminé avec un chrono de 10'96, soit deux centièmes de plus que l'autre Ivoirienne de cette finale, Murielle Ahouré.

Gatlin s'impose sous les sifflets, Bolt troisième

Bravo à Marie-Josée Ta Lou et Murielle Ahouré pour cette finale du 100m. Chez les hommes également, l'épreuve reine a été riche en émotions. Il s'agissait en effet de la dernière course d'Usain Bolt, l'homme le plus rapide du monde, sur cette distance. Et finalement, le Jamaïcain a terminé troisième, derrière Christian Coleman. Le vainqueur de la course est un autre Américain, à savoir Justin Gatlin, qui a énormément de respect pour Usain Bolt :

"Quand j'ai réalisé que j'avais gagné, la première chose que j'ai faite, c'est de mettre un genou à terre et rendre hommage à Usain Bolt. C'est un athlète formidable, un grand ambassadeur pour notre sport. Il a mis l'athlétisme à une autre échelle. Il m'a inspiré pour devenir plus fort et plus rapide."

Lors de sa victoire, Gatlin a été énormément sifflé par le public londonien : par le passé, l'Américain a été pris deux fois pour dopage, avant de revenir sur les pistes. Après la course, Gatlin a été  accusé d'avoir "volé" la dernière de Bolt. Seulement, il ne faudrait pas oublier que Christian Coleman a également couru plus vite que le Jamaïcain. Et malgré les sifflets du public, Usain Bolt sait qu'il a eu fort à faire contre un athlète de très haut niveau :

"Sa victoire est tout à fait méritée. Durant toutes ces années, j'ai toujours dit que Justin Gatlin était un formidable compétiteur. Si tu ne fais pas le nécessaire, il va te battre. Et ce soir, je n'ai pas réussi à me montrer. Mon départ était horrible, comme toujours. C'est surprenant : j'ai toujours pensé que ça irait mieux au fur et à mesure, mais en fait, non."

Inoxydable Mo Farah

Ces 16èmes championnats du monde d'athlétisme ont débuté vendredi dernier. Et outre les finales du 100m, il s'en est passé des choses, notamment vendredi soir, en ce qui concerne les Britanniques, puisque Mo Farah, double vainqueur aux Jeux Olympiques sur 5000 et 10 000m, disputait là ses derniers championnats du monde. Et sur le 10 000m justement, l'athlète de 34 ans s'est une nouvelle fois imposé, malgré le travail d'équipe qui a été fait contre lui, comme il l'a expliqué après la course :

"Ce n'est pas que le Kenya, mais aussi l'Ouganda et l'Ethiopie. Personne ne voulait que je gagne. Tout ce que j'avais à faire, c'était travailler, travailler et gagner le public à ma cause. Et c'est ce que j'ai fait."

Tout au long de la course, on a pu voir Mo Farah lever les bras pour haranguer la foule. Et nul doute que les encouragements lui ont donné la force nécessaire pour s'imposer une dernière fois dans un 10 000m aux championnats du monde, avec un chrono de 26min49sec51', soit près d'une demi-seconde devant l'Ougandais Joshua Cheptegei.

Nafissatou Thiam championne du monde

Autre belle victoire, celle de Nafissatou Thiam en heptathlon. Cette discipline est composée d'une série de sept épreuves : 100m haies, saut en hauteur, lancer de poids et 200m le premier jour; saut en longueur, lancer du javelot et 800m le second jour. Des épreuves au terme desquelles on compte le nombre de points. Autrement dit, il faut avoir un corps paré à toute épreuve et les nerfs solides. Et c'est ce qu'a eu et a fait Nafissatou Thiam. La Belge (dont le papa est Sénégalais) est devenue championne du monde grâce à un total de 6784 points, soit 88 unités d'avance sur l'Allemande Caroline Schäfer. Nafissatou Thiam qui se réjouit surtout d'être restée concentrée sur la victoire, sans avoir eu à stresser en raison de l'enjeu :

"Bah tout simplement, j'ai essayé de pas trop faire attention à ça. Pour moi, l'athlétisme, c'est une passion. C'est une grande part de ma vie, mais ce n'est pas tout. C'est aussi juste du sport, et c'est important de continuer d'avoir du plaisir dans ce que je fais. Parce que si c'est pour stresser et avoir peur de décevoir les gens si je ne repars pas avec l'or, ce ne sera plus un plaisir. Donc j'essaye de ne pas penser à ça, juste profiter d'être dans un stade comme celui-ci, rempli, et vivre des moments incroyables. J'essaye de me concentrer là-dessus."

Dans les autres résultats importants du weekend, doublé éthiopien dans le 10 000m dames, avec Almaz Ayana qui s'est imposée en 30min16sec32", devant sa compatriote Tirunesh Dibaba. Chez les hommes, deux médailles sud-africaines en saut en longueur : l'or pour Luvo Manyonga, avec un saut à 8,44m, le bronze pour Ruswahl Samaai. Enfin, en marathon, victoire de Geoffrey Kirui. Le Kenyan s'est imposé en 2h08min07sec, devant l'Ethiopien Tamirat Tola et le Tanzanien Alphonce Simbu.