1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Mardi, on vote au Malawi

Au Malawi, sept millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour choisir un nouveau président, les membres du parlement et les conseillers locaux. Pour le scrutin présidentiel, douze candidats sont en lice.

default

La campagne s'est déroulée sans incidents majeurs

Jamais une élection ne s'est annoncée aussi serrée depuis l'introduction de la démocratie et du multipartisme en 1994 au Malawi. Douze candidats sont en effet en lice pour le scrutin présidentiel et pour l'emporter, Joyce Banda, 64 ans, affronte trois adversaires redoutables dont Peter Mutharika, 74 ans. Cet ancien ministre des Affaires étrangères est le frère de l'ancien président Bingu wa Mutharika, mort en 2012 des suites d'une attaque cardiaque et auquel Joyce Banda a succédé.

Il ya aussi Lazare Chakwera, 59 ans, qui dirige le parti de l'ancien président Kamuzu Banda, le "père de l'indépendance", qui a régné de 1964 à 1994 et Atupele Muluzi, 36 ans, fils de l'ancien président Bakili Muluzi. Pour ce scrutin, l'analyste politique Jimmy Kainja ne croit pas aux chances de l'actuelle présidente Joyce Banda : « Si l'élection avait eu lieu six mois après sa prise de fonction en avril 2012, Joyce Banda l'aurait emporté. Mais aujourd'hui, les données ont changé.»

Le scandale de trop

En avril 2012, lorsqu'elle accède au pouvoir, Joyce Banda jouit d'un bon prestige contrairement à son prédécesseur très critiqué pour ses dérives autocratiques. Mme Banda a voulu incarner le changement mais son court mandat a été entaché par le détournement de 30 millions de dollars de fonds publics, ce que les Malawites ont baptisé le "Cashgate".

Malawische Präsidentin Joyce Banda

La partie s'annonce serrée pour Joyce Banda

Le scandale de trop pour un pays qui occupe la 170e place sur 187 dans l'indice de l'Onu sur le développement. Jimmy Kainja :

« En raison de la pression des donateurs, je pense qu'elle a été contrainte de remanier son gouvernement à cause de plusieurs ministres dont celui des Finances. Je me rappelle que nous sommes descendus dans la rue pour protester, parce que ce type était ministre sous Mutharika et il en faisait un peu trop. Elle a été forcée de remanier son cabinet. C'était la chose la plus efficace qu'elle pouvait faire. Mais tout le monde savait qu'elle l'avait fait à contrecœur. Elle ne voulait pas le faire. »

Pour Helen Singh du parti uni indépendant , « Le niveau de pauvreté est très élevé et très douloureux alors que ce pays est très riche. Les énormes ressources ne sont cependant pas utilisées pour le développement et pour relever le niveau de vie des populations. »

Joyce Banda a perdu la confiance non seulement de nombreux Malawites mais aussi celle de plusieurs partenaires au développement dont l'Allemagne qui a suspendu en avril dernier son aide budgétaire au pays. 40% du budget de l'Etat proviennent des partenaires au développement.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !