Manifestations interdites dans le centre de Dakar | Afrique | DW | 22.07.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Manifestations interdites dans le centre de Dakar

L'opposition sénégalaise a prévu de manifester samedi, un mois après les émeutes du 23 juin. L'objectif est toujours de dénoncer l'intention du président Wade de briguer un nouveau mandat en 2012.

default

Elu en 2000 pour sept ans, réélu en 2008 pour cinq ans, Abdoulaye Wade est candidat à sa succession en 2012

Les autorités ont voulu tiré la leçon des violences du mois de juin qui avaient fait des centaines de blessés. Le 23, les opposants étaient descendus dans la rue pour protester contre le projet d'amendement constitutionnel voulu par le président Wade. Le 27, de nouvelles manifestations avaient eu lieu. Cette fois, les Sénégalais entendaient protester contre les coupures de courant à répétition. Sous la pression de la rue et les critiques de la communauté internationale, Abdoulaye Wade a finalement renoncé à sa réfome électorale qui aurait, selon l'opposition, facilité sa réélection en février 2012. Il n'empêche que le gouvernement ne voit pas d'un bon œil cette nouvelle manifestation prévue demain donc par le Mouvement du 23 juin qui rassemble des partis politiques et des organisations de la société civile. Mais plutôt que de l'interdire, il préfère contraindre ses organisateurs à la délocaliser. Amadou Sall, ex-ministre de la Justice et proche du président sénégalais :

"Si l'opposition avait fait une manifestation dans le centre sans qu'elle ne déborde, évidemment nous l'aurions de nouveau autorisée. Mais je crois que nous avons en face de nous une opposition responsable qui a compris le sens de cette décision et qui s'y est soumise sans faire de commentaire "

Les opposants se sont donc donnés rendez-vous place de l'Obélisque, dans une banlieue de la capitale. Thiat, membre du collectif "Y en a marre" qui appelle à manifester, ne croit pas cependant aux raisons sécuritaires avancées par les autorités :

« De peur qu'il y ait une insurrection certainement, ils n'ont pas envie qu'on se rassemble en centre-ville. Notre seul objectif aujourd'hui, c'est de montrer que Wade est impopulaire. »

La journée de demain risque d'être d'autant plus tendue que le parti démocratique sénégalais au pouvoir tient lui aussi son premier grand meeting depuis les évènements du 23 juin, en présence du chef de l'Etat.

Auteurs : Konstanze von Kotze, Euphrasie Yeme
Edition : Sébastien Martineau

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !