Manifestations en Hongrie contre la Constitution | Europe | DW | 03.01.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Manifestations en Hongrie contre la Constitution

Près de 100.000 personnes étaient rassemblées lundi soir dans le centre de Budapest pour protester contre la politique du Premier ministre Viktor Orban et ses réformes constitutionnelles. Une mobilisation sans précédent.

Budapest proteste

Budapest proteste

C'est à l'appel des partis socialistes, du parti écologiste de gauche, du nouveau parti de l'ancien Premier ministre socialiste, Ferenc Gyurcsany, et de nombreux mouvements de la société civile, que les Hongrois se sont mobilisés par dizaines de milliers dans la capitale pour protester contre la nouvelle Constitution et dénoncer des atteintes à la démocratie.

Virage nationaliste

Ferenc Gyurcsany

Ferenc Gyurcsany

En avril dernier, le chef du gouvernement Viktor Orban et son parti Fidesz s'étaient appuyés sur une majorité des deux tiers au Parlement pour faire adopter une profonde réforme de la législation hongroise et de nombreux amendements à la Constitution. Ainsi désormais, le pays ne s'appellera plus « République de Hongrie », mais « Hongrie » tout court..

Le mandat des titulaires de postes importants de l'appareil d'Etat, économie, justice, police et armée, est porté à 9 ou 12 ans. Cela signifie qu'un futur gouvernement d'une autre couleur politique sera confronté à un appareil d'Etat hostile, contrôlé par les fidèles de Viktor Orban. Radio-télévision et agence de presse MTI sont regroupées en une seule entité, supervisée par un Conseil des medias dirigé par un proche de Viktor Orban. Quant à l'unique radio d'opposition, Klubradio, elle s'est vu retirer sa fréquence. Plusieurs journalistes protestent contre ces atteintes à la liberté de la presse et observent une grève de la faim depuis trois semaines déjà.

Atteintes aux libertés fondamentales

Nombre de juristes critiquent les nouvelles lois qui limitent les pouvoirs de la Cour constitutionnelle, menacent le pluralisme des médias et aussi l'indépendance de la justice. László Majtényi, spécialiste de législation constitutionnelle :

Viktor Orban

Viktor Orban

« Quand des institutions indépendantes sont placées sous le contrôle de l'Etat, que des organisations démocratiques sont supprimées, que la liberté de la presse est limitée, alors on doit se faire du souci pour l'Etat de droit. »

Alors que Viktor Orban et ses partisans célébraient en grande pompe la nouvelle constitution à l'Opéra de Budapest, les manifestants rassemblés à proximité scandaient des slogans tels que « Il y aura de nouveau une République », ou brandissaient des pancartes avec les inscriptions: « Assez ! », « Orbanistan », ou encore « Orban, dictateur ! ».

La nouvelle Constitution a également suscité les critiques de l'Union européenne, des Etats-Unis, du Fonds monétaire international comme celles aussi de nombreuses organisations non-gouvernementales.

Auteur : Philippe Pognan
Edition : Fréjus Quenum