1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Manifestation contre la candidature de la RDC au Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Des jeunes du mouvement citoyen Lucha refusent la candidature de la RDC au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, dénonçant les atteintes aux droits de l'homme dans le pays.

Malgré les arrestations et l'indifférence des autorités du pays, ils se disent déterminés. Des jeunes du mouvement citoyen Lucha, Lutte pour le Changement, manifestent devant le siège de la mission des Nations-Unies en RDC, la MONUSCO, à Lubumbashi ce lundi. "Nous sommes en train de faire une grande campagne pour que la RDC ne soit pas candidate ou encore que sa candidature ne soit pas acceptée au conseil des droits de l'Homme des Nations unies parce que la RDC ne respecte pas les droits de l'Homme", explique As Aslan, de la cellule communication. Autour de lui une dizaine d'autres jeunes sont là, calicots en mains. Chansons, coups de sifflets, ils resteront plus d'une heure devant le siège de la Monusco.

Par leur action, ils s'opposent donc à la candidature de la RDC au conseil des droits de l'Homme des Nations unies, mais pas seulement. "Nous avons fait notre sit-in parce que nous voulons faire un grand pas à l'intérieur du pays, c'est-à-dire en respectant les droits de l'Homme, en mettant en place des mesures et applications pour leur protection", explique As Aslan. Il estime qu'il est impossible pour lui et les autres mobilisés de reculer. "Nous sommes aujourd'hui l'espoir d'une génération. On ne doit pas faire la même erreur que nos parents, de laisser quelqu'un devenir un petit dieu", estime-til, en citant Mobutu et ses 32 ans au pouvoir. 

 

"Conscientiser les jeunes"

Pour As Aslan, le combat ne fait que commencer. "Nous allons appliquer l'article 64 en décembre, s'il n'y a pas élection - parce que nous voyons bien qu'il n'y a pas élection cette année", explique-t-il. Pour lui il faut "conscientiser les jeunes", pour arriver à une transition sans Kabila. "Aujourd'hui on a plus de mouvements citoyens, ça a commencé par la Lucha, c'est déjà une très bonne chose qu'il y ait beaucoup de jeunes qui soient en train d'adhérer aux mouvements citoyens plus qu'aux partis politiques."

Le 31 juillet dernier, la Lucha avait organisé une marche pour exiger la publication du calendrier électoral, marche à l'issue de laquelle cinq de ses militants avaient été arrêtés. Deux mois et demi plus tard, ceux-ci sont toujours en prison.

 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !