1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Manifestation à Bochum contre la fermeture de l'usine de Nokia

A Bochum, dans le nord-ouest de l'Allemagne, plus de 15 000 personnes ont manifesté pour protester contre la fermeture prévue de l'usine de Nokia.

default

Les employés de Volkswagen manifestent leur solidarité avec ceux de Nokia

Le groupe finlandais, numéro un mondial des téléphone portable, a annoncé il y a une semaine vouloir délocaliser sa production allemande vers la Roumanie, où les coûts salariaux sont bien plus faibles. Une décision qui indigne la classe politique allemande comme la population.

En tête de cortège de la manifestation, les employés de l'usine portaient un cercueil avec l'inscription « Nokia ». Et pourtant, ils refusent de s'avouer vaincus. Face aux milliers de manifestants réunis sur la place du marché du quartier de Riemke, à Bochum, le président du grand syndicat IG Metall, Berthold Huber, a annoncé un long combat avec la direction de Nokia :

« Nous voulons d'abord savoir ce qu'il en est de l'avenir des emplois, ici à Bochum, mais aussi à Ulm et ailleurs. Nous ne parlons pas encore de fermeture et de réemploiement du personnel. Ce ne sera le cas qu'au bout d'un long combat, d'un conflit de longue haleine. »

Deutschland Nokia Schliessung in Bochum Demonstration

Les enfants des employés de Nokia ont eux aussi participé à la manifestation

Depuis l'annonce du groupe mardi dernier de vouloir fermer son usine allemande dans quelques mois, la consternation règne à Bochum et dans le reste de l'Allemagne. Une décision qui touche 2300 employés et un millier de travailleurs intérimaires, dans une région qui ne s'est toujours pas remise de la fermeture des mines de charbon et où le taux de chômage est particulièrement élevé. L'indignation de la classe politique allemande et de la population tient surtout au fait que Nokia avait reçu des subventions pour s'installer dans la région. En plus des employés de l'usine de téléphone portable, ceux de constructeurs automobiles implantés dans la ville ou dans la région, Volkswagen, Ford et Opel, ont eux aussi participé à la manifestation, ainsi que plusieurs responsables politiques. Le secrétaire d'Etat à l'Economie, Hartmut Schauerte :

« La responsabilité ne se termine pas avec la décision d'un conseil d'administration à Helsinki. Elle ne fait que commencer à ce moment-là. Elle doit se concrétiser dans la vie réelle. Le gouvernement prend cette affaire très au sérieux. Nous sommes de votre côté. Nous espérons que nous pouvons encore atteindre quelque chose. »

La chancelière allemande Angela Merkel a quant à elle déclaré qu'elle doutait que l'entreprise revienne sur sa décision de fermer l'usine de Bochum. Elle a par contre assuré que le gouvernement ferait tout pour aider les employés menacés de licenciement. Selon elle, le cas de Nokia montre que les subventions ne sont pas une garantie éternelle pour l'emploi.