Mali : le MNLA annonce l′arrêt des combats | Archives Afrique | DW | 05.04.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives Afrique

Mali : le MNLA annonce l'arrêt des combats

Le MNLA a stoppé ses opérations militaires. Pour le bureau politique des rebelles qui luttent pour l'indépendance de l'Azawad, leurs combattants contrôlent l'ensemble des régions dont ils réclament l'indépendance.

default

La Mosquée sacrée de Tombouctou en arrière plan aux mains des rebelles touaregs

En appelant à un arrêt des opérations, l'objectif du MNLA est double. Le mouvement rebelle le plus militarisé - composé d'au moins 2.000 hommes - veut d'abord se réorganiser pour un meilleur contrôle des villes qu'il a conquises. Ensuite, le MNLA veut surtout se démarquer du groupe islamiste d'Ansar Dine, proche d'Al Qaïda au Maghreb islamique, accusé par Bamako de vouloir faire appliquer la Charia, la loi islamique au Mali. Selon Moussa Ag Assarid, président de la section Europe du MNLA, son mouvement observe depuis mercredi l'arrêt des opérations.

Le MNLA et Ansar Dine ne courent pas pour le même cheval

Mali's junta leader Captain Amadou Sanogo speaks during a new news conference at his headquarters in Kati April 3, 2012. REUTERS/Luc Gnago (MALI - Tags: POLITICS MILITARY)

Le capitaine Amadou Haya Sanogo est plus que jamais isolé

Le MNLA entretient plus ou moins des relations difficiles avec les salafistes d'Ansar Dine - peu nombreux avec 400 combattants environ - mais dotés d'armes de guerre sophistiquées. Et, en raison de leurs objectifs divergents dans la lutte qu'ils mènent dans le nord Mali, beaucoup d'observateurs craignent des affrontements entre les deux groupes. Même si ces témoignages ont été pour l'instant rejetés par Moussa Ag Assarid qui les qualifie de simples spéculations. Par ailleurs, sur le terrain à Tombouctou, d'autres témoins rapportent que les islamistes d'Ansar Dine auraient exigé le port obligatoire du voile par les femmes. Faux, répond un proche du mouvement islamiste que la Deutsche Welle a pu joindre sur place. 

Bamako appelle la communauté internationale au sécours

C'est dans ces conditions que le chef de la junte à Bamako a appelé la communauté internationale à intervenir pour aider le Mali contre les mouvements rebelles. L'appel lancé par le capitaine Sanogo sera t-il entendu quand on sait que mercredi les cinq membres permanents du Conseil de sécurité ont exigé un retour à l'ordre constitutionnel ?
 

Auteur : Bob Barry
Edition : Marie-Ange Pierron, Cécile Leclerc

Notre dossier spécial sur le Mali

Audios et vidéos sur le sujet