1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Mali : jusqu'où peut aller le soutien du Maroc ?

Depuis le début de l'intervention des forces françaises dans le nord du Mali plusieurs pays ont apporté leur soutien. Le Maroc s'est lui aussi engagé politiquement aux côtés de la France mais jusqu'à quel point ?

A Malian carries on a cart on February 8, 2013 the corpse of a suicide bomber who blew himself up near a group of Malian soldiers in the northern city of Gao, where Islamist rebels driven from the town have resorted to guerilla attacks The act marked the first suicide attack in the embattled west African nation since the start of a French-led offensive to oust the Islamists from Mali's north, where they had controlled key towns for 10 months. AFP PHOTO / PASCAL GUYOT (Photo credit should read PASCAL GUYOT/AFP/Getty Images)

Symbolbild - Mali Junta

En autorisant  les bombardiers français à survoler son territoire, le Maroc a clairement affiché son soutien à l'opération militaire dans le nord du Mali, même si aucun soldat marocain n'a été envoyé sur le terrain. Jusqu'ou pourrait aller ce soutien du royaume qui est confronté à la question du Sahara-Occidental ? Maâti Monjib, Politologue et vice president du comité scientifique du Codesria, le conseil pour le développement et la recherche en sciences sociales en Afrique, basé à Dakar :

“Il me semble très difficile que le Maroc intervienne militairement, parceque l'Algerie s'y opposerait soit publiquement, soit du moins par ses services. Il y a vous savez un conflit algero-marocain à propos du Sahara occidental. Et l'Algerie verrait d'un très mauvais oeil une intervention militaire directe dans le nord du Mali, c'est a dire au sud des frontières algeriennes.”

Mohammed VI autorise les avions militaires français a survoler son territoire

Mohammed VI autorise les avions militaires français a survoler son territoire

Pour Maâti Monjib, si le soutien du Maroc ne va pas jusqu'à l'intervention militaire,  l'appui de Mohamed VI  à l'intervention de l'armée francaise a d'une manière ou d'une autre un lien avec la situation au Sahara occidental. Pour lui, l'interêt du Maroc à mettre un terme à la menace islamiste dans la région est surtout diplomatique :

“Que ce soit pour le Maroc et l'Algerie l'indépendance du nord du Mali et sa proclamation en Etat indépendant, ne pouvait pas être acceptable. Toute orientation vers le retour de la paix dans le nord du Mali, symboliquement et diplomatiquement, c'est aussi l'interêt du Maroc, mais c'est aussi l'intérêt de l'Algerie.“

Le retour à la normale au Mali semble donc être l'affaire de tous. Ce mercredi lors du sommet des chefs d'Etat de la CEDEAO le Tchad, qui était invité, n'a  pas caché son impatience de voir les troupes ouest-africaines et maliennes se déployer dans le nord du Mali.      

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !