1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Malabo : l'opposition dénonce la nouvelle constitution

La Guinée équatoriale a adopté il y a un an une réforme constitutionnelle qui limite notamment à deux le nombre de mandats présidentiels. Depuis le début, le principal opposant Placido Micó dénonce cette réforme.

La réforme constitutionnelle, approuvée par plus de 97% des électeurs lors d'un référendum le 13 novembre 2011, avait été lancée par le président Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis 1979. Elle vise à améliorer l'image de la Guinée équatoriale, pays considéré comme une dictature par les défenseurs des droits de l'homme.

La réforme adoptée prévoit en outre la création d'un poste de vice-président et de cinq organismes: Sénat, Cour des Comptes, Conseil d'Etat, Conseil pour le développement économique et social et Défenseur du peuple.

Depuis le début, le principal parti d'opposition Convergence pour la démocratie sociale (CDPS) clame son désaccord avec les textes adoptés. L'unique député de la CPDS au Parlement, Ecoutez ci-dessous Placido Micó, au micro de notre correspondant Samuel Obiang.

Écouter l'audio 02:04

" La réforme constitutionnelle avait pour but de faire du fils du président un des vice-présidents du pays"

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !