1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Interview de la semaine

Macky Sall épouse la vision africaine d'Angela Merkel

Lors de son passage à Bruxelles pour les journées européennes du développement, le président sénégalais Macky Sall est revenu sur l'apport de son pays lors du prochain sommet du G20, présidé par l'Allemagne.

Écouter l'audio 04:20

"Nous sommes  dans l´échange"... Macky Sall

DW : Au mois de juillet prochain aura lieu en Allemagne le sommet du G20. L´Afrique fait partie des priorités de l'Allemagne à travers son partenariat et un projet qui s´appelle  « Compact with Africa ». M. le Président, quelles sont vos attentes, vos revendications et qu´est-ce que vous pensez de ce nouveau programme de l'Allemagne pour l'Afrique ?

Macky Sall : D'abord permettez moi de féliciter la chancelière Mme Merkel pour l´initiative de marquer le G20 Allemagne par ce "Compact avec l´Afrique".  C'est un engagement très fort qu´il faut placer dans son contexte. Elle a voulu à travers la présidence allemande du G20 développer un partenariat nouveau avec l´Afrique. Et effectivement elle nous a invités au niveau de cinq chefs d'Etats dont les pays ont été sélectionnés. C'est un test pour après passer à l'échelle africaine pour discuter avec elle sur la compréhension et le contenu.  Parce que quand on parle de partenariat, c'est un partage entre partenaires. Et nous, Africains, avons notre vision du développement mais qui n'est pas si différente finalement de celle de Mme Merkel et de l'Allemagne. Puisque quand on voit les priorités qui ont été dégagées, elles correspondent parfaitement à nos préoccupations.  

 

DW : Vous dites que le Sénégal a le même agenda que l'Allemagne. Quelle sera spécifiquement la place du Sénégal au sein ce G20 et quelle partition va-t-il jouer finalement ? 

Macky Sall : Le Sénégal en tant que pays africain va apporter sa vision du partenariat. Nous avons plaidé depuis quelques années pour un partenariat rénové déjà avec l'Union Européenne, avec nos partenaires classiques, mais aussi avec les nouvelles puissances émergentes. C'est-à-dire que l'Afrique a besoin d´être considérée comme un partenaire. Et là, comme l´idée vient de Mme Merkel, c'est une idée généreuse nous devons y aller avec a priori un esprit positif puisqu´il ne s´agit pas de revendiquer quoi que ce soit mais il s´agit d´échanger nos points de vue sur les mécanismes de cette coopération. Il s´agira certainement d´arriver à des consensus  sur la nécessité de d´abord améliorer l´environnement des affaires puisque c´est cela qui permettra le développement de l´investissement privé. On sait très bien que l´investissement public ne suffit pas à assurer les bases du développement et du décollage économique de l´Afrique. Il faudra donc combiner ses investissements publics aux investissements privés. Or, pour attirer l´investissement privé, il faut améliorer le cadre de l´investissement, l´Etat de droit, la justice... bref, sécuriser les investissements privés pour que les gens puissent venir dans le pays. 

 

DW : Y a-t-il au Sénégal un projet phare déjà bien ficelé que vous allez poser sur la table?

Macky Sall :  Nous sommes dans la formulation, nous sommes  dans l´échange. Mais il est clair que nous avons des projets qui sont déjà prêts dans le cadre du Plan Sénégal Emergent qui est notre programme économique d´émergence et qui a défini un certain nombre de programmes et de projets très bien articulés à la fois sur l´infrastructure de soutien sur les secteurs porteurs de croissance et aussi les secteurs porteurs d´emploi puisqu´il s´agit aussi de donner de l´emploi à la jeunesse. Donc sur tous ces programmes nous avons des choses prêtes sur lesquelles nous pourrons échanger le moment venu. De ce point de vue, lorsque nous arriverons dans la formulation ou dans la définition des projets, que ce soit public/public ou public/privé, évidement, ce n´est pas ce qui manquera.


DW : Quelles sont vos attentes par rapport à l´Allemagne ? Par exemple en terme d´éducation pour les jeunes ?

Macky Sall : D´abord, je crois que l´Allemagne est l´un des rares pays avec la Suisse qui a un modèle d´éducation, j´allais dire, de formation, qui prend en compte la dimension métier. Pour les élèves, quel que soit le niveau d´instruction, on peut parallèlement avoir une formation qualifiante qui vous permet d´avoir un emploi décent.  Et c´est cela qui manque dans la plupart de nos pays où les systèmes, au contraire, sont des systèmes élitistes, où on forme les gens dans la généralité. Et aujourd’hui, il s´agit, tout en développant des formations générales pour quelques catégories, de donner quand même des perspectives à la majorité des élèves, en leur donnant des orientations professionnelles. Nous avons d´ailleurs, sur ce plan, eu des programmes avec un pays comme la Suisse. Mais je suis sûr qu´avec l´Allemagne nous pourrions beaucoup bénéficier du modèle allemand en matière de formation professionnelle. Je pense que l´Afrique a besoin de regarder de ce côté et le Sénégal aussi. Et nous sommes en train de changer de paradigme en matière d´éducation. 

 

Audios et vidéos sur le sujet