1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Ménaka, encore des affrontements...

Au Mali cinq jours après la signature d'un accord de paix, le pays est loin d’avoir retrouvé la sérénité. Dans le nord notamment des affrontements persistent.

Écouter l'audio 01:51

"On pense que c'est pour avoir une position de force, pour renégocier le 25 (mai) à Alger...." Modibo Tandina

Les séparatistes touaregs de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) et les miliciens pro-gouvernementaux du Groupe d'autodéfense touareg Imrad et alliés (Gaita) se sont à nouveau affrontés jeudi dans la région de Ménaka où un cessez-le-feu avait déjà été violé à de multiples reprises.

Mercredi une attaque a visé la Mission de l'ONU, la Minusma, à Bamako. Dans le même temps, le ministère français de la Défense annonçait que deux importants chefs jihadistes au Sahel, Amada Ag Hama alias "Abdelkrim le Touareg", et Ibrahim Ag Inawalen, dit "Bana", avaient été tués en début de semaine dans le nord par les forces spéciales françaises. Le nord, justement est plus que jamais instable avec des attaques à répétition et des combats entre rebelles touaregs et forces pro gouvernement, notamment autour de Menaka. Une rencontre à Alger le 25 Mai devrait permettre d’aboutir à la signature d’un accord de cessez-le-feu prévoyant le retrait des groupes armés de Ménaka pour ensuite entamer les discussions entre le gouvernement malien et la Coalition des Mouvements de l’Azawad.

Ecoutez ci-dessus les précisions sur cette situation de Modibo Tandina, éditorialiste au journal « le témoin du nord » à Gao.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !