1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Mères indignes ?

A la Une : selon une étude publiée par l'Institut fédéral de recherche démographique le faible taux de fécondité en Allemagne est en partie lié à la peur de ces dernières de devenir des mères indignes.

Les hommes ont beau souvent affirmer qu'il est simple de concilier vie de famille et vie professionnelle, écrit la Frankfurter Allgemeine Zeitung, le fait est qu'ils mettent encore relativement peu la main à la pâte. Même si les choses changent doucement, les femmes qui ont des enfants ont encore du mal à faire carrière. L'Etat allemand leur a certes donné quelques coups de pouce mais la marge de manœuvre des autorités reste limitée. Impossible en effet pour le gouvernement de dicter aux entreprises qui placer dans ses instances dirigeantes ou de forcer une femme qualifiée à postuler pour un poste élevé. Plus que l'Etat, c'est le monde de l'entreprise qui doit changer et la répartition des rôles au sein de la famille. Et le journal de noter que dans certaines firmes, on commence à comprendre qu'engager et conserver de bons employés passe forcément par une politique en faveur de la vie de famille.

La Süddeutsche Zeitung s'intéresse au débat sur le port des armes, relancé une fois de plus aux Etats-Unis après le massacre qui a fait 26 morts vendredi dernier dans une école du Connecticut. La problématique des armes aux Etats-Unis n'est pas juridique comme le prétendent certains. Elle est politique et plus encore sociétale, estime le quotidien. Or, ces dernières décennies, la société américaine s'est radicalisée que ce soit au quotidien, dans les films, les séries télévisées, la littérature ou dans le discours politique. Après la tuerie de Newton, Barack Obama n'a cependant plus le choix : il faut qu'il modifie la législation sur les armes. Attention cependant, écrit die Welt, à ne pas créer l'illusion de la sécurité en interdisant le port des armes.

Un mot pour finir sur Shinzo Abe qui deviendra le Premier ministre du Japon le 26 décembre prochain. Pour die Tageszeitung, la victoire de ce conservateur nationaliste s'explique avant tout par le rejet du gouvernement précédent. Après trois ans de politique chaotique, les Japonais aspirent avant tout à retrouver du calme et du travail. Ils veulent qu'on s'occupe d'eux. Shinzo Abe qui s'occupe déjà de régler un contentieux territorial avec la Chine ne devra pas l'oublier.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !