L′UPM sur les fonts baptismaux | Europe | DW | 11.07.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

L'UPM sur les fonts baptismaux

Le lancement de l’Union pour la Méditerranée est prévu dimanche, avec un sommet réunissant une quarantaine de chefs d’Etats. Une Union dont la genèse a connu un certain nombre de difficultés.

L'Union pour la Méditerranée a dû prendre en compte les résistances de l'Allemagne

L'Union pour la Méditerranée a dû prendre en compte les résistances de l'Allemagne

Le sommet fondateur de l'Union pour la Méditerranée va réunie, dimanche à Paris, une quarantaine de chefs d’Etats et de gouvernement.

Le Premier ministre israélien Ehud Olmert, le Président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le Président syrien Bachar al Assad ont notamment été accueillis par Nicolas Sarkozy.

Sommet de Bruxelles, 13 mars 2008 : la controverse sur l'Union pour la Méditerranée battait son plein

Sommet de Bruxelles, 13 mars 2008 : la controverse sur l'Union pour la Méditerranée battait son plein

Cette Union a connu des débuts difficiles : la France, initiatrice du projet, voulait d’abord en faire un club qui aurait réuni uniquement les pays méditerranéens de l’Union européenne. Paris a cependant dû faire marche arrière devant des oppositions, notamment celle de la Chancelière allemande, Angela Merkel, qui craignait que cette nouvelle organisation ne divise l’Union européenne.

Alain Leroy, ambassadeur chargé du projet de l’Union pour la Méditerranée, assure que tous les pays européens "avaient vocation à s'intéresser et à participer au projet". Il relativise les différends qui ont pu exister entre Paris et Berlin. L'accord d'Hannovre a levé la distinction entre membres pleins et membres associés qui faisait débat : les pays européens non riverains de la Méditerranée seront membres pleins de l'Union pour la Méditerranée, au même titre que les pays riverains.

Nicolas Sarkozy à la cérémonie d'ouverture des J.O. de Pékin

Le Président Nicolas Sarkozy a dû faire face jeudi 10 juillet, lors de sa visite au Parlement européen, à de violentes critiques de la part des présidents de groupe - notamment de Daniel Cohn-Bendit, pour les Verts, qui a qualifié de « minable » la décision de Nicolas Sarkozy. Celui-ci a en effet annoncé qu’il se rendrait à Pékin pour la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques, estimant ne pas avoir le droit de "boycotter un quart de l'humanité". Le Président Sarkozy dit vouloir "y aller, et parler".

Jack l'Eventreur fait encore frissonner Londres

A Londres se tient une exposition hors du commun : elle est consacrée au meutrier en série de légende Jack l’Eventreur, qui terrorisa Londres à la fin du 19ème siècle. Il aurait tué onze femmes entre 1888 et 1891.

Jack l'Eventreur exposé à Londres, au musée des docks : frissons garantis

Jack l'Eventreur exposé à Londres, au musée des docks : frissons garantis

L'exposition évoque non seulement cette célèbre affaire criminelle, mais aussi son époque et son influence sur la culture européenne. A voir des documents, dossiers de police et photographies de l'époque. Elle met par ailleurs en lumière le rôle particulier que joua alors la presse, très développée dans l'Angleterre de l'époque victorienne.

Le musée des docks organise cette exposition, à voir jusqu'au 2 novembre. Robert Spitz l'a visitée pour nous.

Une émission présentée par Jean-Michel Bos.

Liens