1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'unité retrouvée des conservateurs allemands

La CSU bavaroise apporte son soutien à Angela Merkel pour les élections législatives de septembre en Allemagne. Pour les journaux allemands, c'est le comble de l'hypocrisie.

Les éditorialistes commentent l'unité affichée entre les deux partis de la coalition conservatrice, la CDU d'Angela Merkel et la CSU, sa sœur bavaroise, lors d'un sommet à Munich ce week-end. Le chef de la CSU, Horst Seehofer, avait sévèrement critiqué la chancelière pour sa politique d'accueil des réfugiés, mais à l'approche des élections de septembre, il est temps de resserrer les rangs. Ce qui laisse les quotidiens allemands sceptiques.

Horst Seehofer a accusé la chancelière d'avoir enfreint la loi en accueillant les réfugiés en 2015

Horst Seehofer a accusé la chancelière d'avoir enfreint la loi en accueillant les réfugiés en 2015

Le voici donc, ce sommet de la réconciliation entre la CDU et la CSU, commente la Volksstimme de Magdeburg. Horst Seehofer, le lion bavarois, s'est transformé en chaton. Et une Angela Merkel ronronnante obtient aujourd'hui officiellement le ralliement de la CSU à sa candidature. Selon le journal, les deux partis conservateurs sont désormais obligés de se rapprocher. La candidature de Martin Schulz dans le camp adverse a changé la donne. Tout à coup, les sociaux-démocrates se retrouvent catapultés dans les sondages et menacent la CDU d'Angela Merkel. Cela dit, le réveil du SPD va peut-être accélérer les efforts de paix de l'union conservatrice, mais les conflits restent. Ils vont être dans un premier temps mis de côté pour ne pas troubler l'harmonie. Et c'est la crédibilité qui reste sur le carreau, déplore la Volkstimme.

Après avoir critiqué Merkel pendant un an pour ses erreurs et sa négligence politique dans la gestion de la crise des réfugiés, Seehofer recommande à ses électeurs de soutenir la chancelière pour quatre années supplémentaires, s'étonne la Süddeutsche Zeitung. On peut affirmer, sans trop de risque de se tromper, que sur le plan de l'hypocrise, aucune manifestation politique ne viendra, d'ici les élections législatives, surpasser la "paix de Munich".

Martin Schulz, le roi des sondages, a réveillé le parti social-démocrate

Martin Schulz, le "roi des sondages", a réveillé le parti social-démocrate

Pour la Südwestpresse, Horst Seehofer doit - qu'il le veuille ou non - se positionner derrière la chancelière, quelles que soient les décisions prises autour de l'accueil des réfugiés. Mais ce revirement va lui coûter toutes les voix qu'il tente de récolter depuis un an et demi dans l'aile droite du parti. Lui qui a à ce point tiré sur la chancelière, ne peut pas espérer que tous les électeurs de la CSU le suivent dans ce changement de cap.

Renvoyer les migrants de l'autre côté de la Méditerranée

La politique migratoire est décidément un sujet qui domine le débat actuellement en Allemagne... les journaux commentent également les déclarations du chef du groupe parlementaire SPD au Bundestag, Thomas Oppermann, qui a jeté un pavé dans la mare social-démocrate. 

Die Welt, entre autre, se fait l'écho de cette polémique. Thomas Oppermann a plaidé dans une tribune parue dimanche pour la mise en place de dispositifs d'accueil en Afrique du Nord pour les migrants. Il propose que les réfugiés repêchés en Méditerranée soient renvoyés directement vers de tels centres pour y déposer leur demande d'asile.

Thomas Oppermann reprend une proposition du ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière... sauf que celui-ci est conservateur

Thomas Oppermann reprend une proposition du ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière... sauf que celui-ci est conservateur

Au-delà de la polémique suscitée, Die Welt s'interroge : quels pays sont suffisamment stables pour accueillir ces centres ? Quelle que soit la manière dont on retourne le problème, la pression migratoire venue d'Afrique augmente. Et le nombre de personnes qui rêvent d'une vie meilleure en Europe sera toujours beaucoup plus grand que les contingents d'accueil accordés par l'Union européenne.

La Süddeutsche Zeitung plaide pour une réflexion sérieuse autour de cette idée. Ces centres d'accueil pourraient permettre de réduire le nombre de noyades en Méditerranée, comme on l'a vu après l'accord passé entre l'Union européenne et la Turquie. Et ils pourraient ouvrir la voie à l'étude de demandes d'asile en Afrique. Pour le quotidien, la question centrale est surtout de savoir s'il est possible de mettre en place des dispositifs d'accueil sûrs et respectueux des normes européennes.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !