1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'ultimatum pour déposer les armes illégales tire à sa fin

Les personnes qui détiennent des armes illégalement ont jusqu’à aujourd’hui pour les rendre. Le délai fixé par le procureur de la République s’achève dans un contexte de prolifération massive d’armes en Côte d'Ivoire.

Écouter l'audio 01:54

"Les dernières mutineries confirment l'existence de poudrières dans le pays" (Victor Naclan Touré, Club de l'union africaine)

Après la découverte, il y a deux semaines à Bouaké, d’une cache d’armes chez le directeur de protocole de Soro Guillaume, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, les autorités du pays ont indiqué que les détenteurs d’armes illégales avaient jusqu'à ce mercredi 31 mai pour les déposer. La cache d’armes trouvée lors de la récente mutinerie dans le centre du pays, contenait, à en croire les autorités, un "arsenal de guerre" de trois tonnes.

Cet arsenal serait composé, entre autres,  de grenades offensives, de mine-anti-personnelles, de Kalachnikovs ou encore de lance-roquettes.

Elfenbeinküste Guillaume Soro Ex-Premier Minister (picture alliance/dpa)

Une enquête a été ouverte contre Souleymane Kamagaté, le chargé du protocole du président de l'Assemblée nationale ivoirienne

L’an dernier, l’ONU avait rendu public un rapport incriminant Soro Guillaume, et l’accusant d’avoir profité  de la crise postélectorale de 2010-2011 pour violer l’embargo sur les armes. Environ 300 tonnes d’armes auraient été acheminées en Côte d’Ivoire au lendemain du conflit postélectoral, selon les experts onusiens.

Cependant, le communiqué rendu public par le procureur de la République est clair : la détention de toute arme de première catégorie sans autorisation est constitutive d’infractions pénales allant à des peines d’emprisonnement de 10 à 20 ans. Alors que l’ultimatum pour rendre ces armes arrive à son terme, des inquiétudes persistent dans le pays. Des inquiétudes que partage Victor Naclan Touré, président du "club de l'Union africaine", une organisation de la société civile qui œuvre pour la paix en Côte d'Ivoire. 

 

Cliquez sur l'image pour écouter l'interview

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !