L′UE traque les employeurs de sans-papiers | Europe | DW | 30.10.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

L'UE traque les employeurs de sans-papiers

Les salariés sans papiers travaillent souvent dans des conditions proche de l'esclavage. L'UE prévoit de mettre en place des sanctions pour les employeurs de ces salariés.

default

En France, près d'un millier de sans-papier ont obtenu la régularisation de leur situation

L’Union européenne veut faire la chasse aux patrons malhonnêtes qui exploitent des travailleurs sans papiers en leur offrant des conditions de salaire et d’habitat misérables. Bruxelles prévoit ainsi de mettre en place des sanctions pénales pour les employeurs d’immigrés en situation irrégulière. Les états membres ont cependant toujours du mal à parler d’une voix sur cette question. Si les pays du sud comme l’Espagne, l’Italie ou la France sont favorable à la mise en place de ces sanctions, l’Allemagne et les pays du nord de l’Europe sont beaucoup plus réticents et rien n’est encore acquis pour ce texte qui doit être voté à la mi décembre au Parlement européen.

Dans le sud de l' Italie, l'emploi d'immigrés clandestins dans le secteur de l’agriculture est quasiment une banalité. Mais la situation est devenue alarmante, en particulier dans la région du Mezzogiorno. Médecins sans Frontières vient ainsi de publier un rapport intitulé "Une saison en enfer" dans lequel il dénonce les conditions de vie déplorables des clandestins employés dans les champs de cette région du sud de l'Italie.

Reportage de Mathilde Auvillain.

En France, un patron qui emploie des travailleurs en situation irrégulière risque cinq ans de prison et 15 000 euros d’amende. Mais depuis novembre 2007, la loi lui permet d’obtenir, sans être poursuivi, la régularisation de ses salariés s’il exerce dans un secteur « en tension » comme le bâtiment ou la restauration. Malgré tout, on peut l’imaginer, les patrons n’ont pas tous une attitude irréprochable vis-à-vis de leurs salariés sans papiers.

Reportage de Marion L’Hour.