1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L’UE refuse de payer les soldes des militaires burundais de l'AMISOM

L'Union africaine demande à l'UE de reconsidérer sa décision de payer directement les soldats burundais déployés en Somalie. Bruxelles compte ainsi augmenter la pression sur le régime du président Pierre Nkurunziza.

Écouter l'audio 02:05

"Nous espérons que l’UE va revenir sur sa décision" (Joseph Ntakarutimana)

L'Union africaine s'est offusquée de ce qu'elle appelle une différenciation de la procédure de paiement des soldats burundais déployés en Somalie. C'est pourquoi elle a demandé à l'UE de réfléchir d'urgence à inverser une décision qui pourrait avoir des conséquences lourdes et négatives sur les opérations de l'Amisom, la mission de l'Union africaine en Somalie.

L’Union européenne n’a pas versé depuis plusieurs mois au Burundi au moins 5 millions d’euros destinés au paiement des soldes du contingent burundais déployé en Somalie. Si cette mesure persiste, Bujumbura n’exclut pas de retirer ses troupes de l’Amisom.

En rappel, le Burundi compte 5.400 soldats au sein de l'Amisom. Un peu moins que l'Ouganda, sur un total de 22.000 hommes dont les soldes sont entièrement payées par l'Union européenne. Et le pays  traverse une crise de trésorerie, car depuis mars dernier,  l'Union européenne a suspendu  son aide directe au régime du président Pierre Nkurunziza. Des sanctions prises en réponse aux violences qui ont secoué le Burundi et surtout pour pousser les autorités au dialogue avec l'opposition.

Cliquez sur l'audio ci-dessus pour  écouter les explications d'Eric Topona.

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !