Lourdes condamnations pour Srebrenica | Dossier | DW | 10.06.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Dossier

Lourdes condamnations pour Srebrenica

Quatre ans de procès pour juger le pire massacre depuis la seconde guerre mondiale. Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie a condamné deux anciens militaires serbes de Bosnie à la réclusion à perpétuité.

Bosnian Serb Army officers and police officials (front row, L-R) Milan Gvero and Vinko Pandurevic and (back row, L-R) Ljubomir Borovcanin and Radivoje Miletic are seen in the UN tribunal for former Yugoslavia in The Hague, Netherlands, 10 June 2010. The court hands down judgment Thursday in the trial of seven Bosnian Serb army and police officials charged for the 1995 Srebrenica massacre of more than 7,000 Muslim men and boys. EPA/Lex van Lieshout (zu dpa 0345)

Réclusion à perpétuité pour le massacre de Srebrenica

Ils ont été reconnus coupables de génocides pour leur rôle dans le massacre de Srebrenica en 1995. Mais l'ombre d'un grand absent a pesé sur ce procès : celle de l'ancien général Ratko Mladic toujours recherché pour être jugé en tant que principal responsable de ce massacre.

Ratko Mladic

L'ex général serbe Ratko Mladic, le grand absent

Un massacre a coûté la vie à près de huit mille ersonnes, un massacre perpétré en quelques jours, après que les forces serbes aient pris, le 11 juillet 1995, la ville de Srebrenica. Aujourd'hui, après quatre ans de procès, ce sont deux des principaux artisans de cette tuerie qui ont été condamnés à la prison à vie : l'ancien lieutenant colonel Vujadin Popovic, 53 ans, et l'ancien colonel Ljubisa Beara, 70 ans. Les deux hommes ont été reconnus coupables de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité pour avoir organisé l'exécution de plus de 7.000 hommes et garçons musulmans de Bosnie. Cinq autres accusés ont aussi été condamnés à des peines allant de 5 à 35 ans de prison. Mais il manquait un homme à ce procès : l'ancien général Ratko Mladic.

Mladic: en fuite ou mort?

La justice serbe est toujours sur ses traces. D'ailleurs, l'Union européenne a posé comme condition à l'adhésion future de la Serbie le fait que Belgrade livre Ratko Mladic. Et c'est dans ce contexte que la famille de l'ancien général a demandé que la justice serbe le déclare mort car il n'aurait plus donné de nouvelles depuis sept ans. Belgrade a aussitôt tenu à préciser que ceci ne changerait rien : Ratko Mladic sera livré à la justice internationale. Dusan Ignjatovic qui assure la coordination entre le gouvernement serbe et le TPI pour l'ex-Yougoslavie explique: " Mladic pourrait être déclaré mort sans que les recherches soient interrompues. Le travail entre la Serbie et le Tribunal de La Haye, de même que les recherches visant Mladic, vont se poursuivre. Même si celui-ci était déclaré juridiquement mort. Seul le TPI pour l'ex-Yougoslavie pourrait décider d'interrompre les recherches mais à ma connaissance ce n'est pas d'actualité."

En effet, Serge Brammertz, le procureur général du TPI pour l'ex-Yougoslavie a déclaré être convaincu de la présence de Ratko Mladic en Serbie. En attendant son éventuelle arrestation, sept de ses anciens complices ont été aujourd'hui lourdement condamnés.