1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

"Louez un politicien!" une pratique du SPD?

Une agence du parti social-démocrate SPD organisait des rencontres directes avec des ministres, secrétaires d’Etat et autres hauts fonctionnaires du parti contre le paiement de plusieurs milliers d’euros.

 Une forme de sponsoring contestable, estiment la plupart des éditorialistes.

"Ce n’est qu’après la divulgation de ces  agissements louches que le SPD déclare vouloir y mettre fin", critique ainsi  le quotidien régional Emder Zeitung. Cela ne servira plus à grand chose. Le terme horrible d’une république vénale est maintenant présent dans les esprits. Celui qui a de l’argent a un accès direct aux agents du pouvoir. Celui qui n’en a pas ne peut, au plus, qu’exprimer son mécontentent tous les quatre ans en allant aux urnes. Ces agissements ne peuvent que renforcer encore la désaffection croissante de nombreux citoyens vis-à-vis de la classe politique ! ", s’indigne le quotidien. Quotidien qui par ailleurs, souligne que dans le passé, d’autres partis allemands ont déjà prouvé qu’ils pouvaient être très souples quand il s’agit de financer leur mouvement, faisant ainsi allusion aux caisse noires de la CDU sous l’ex- chancelier Helmut Kohl…"

Le quotidien Volksstimme (La voix du Peuple) est tout aussi indigné : "La crédibilité, qu’est-ce que c‘est ? Difficile de croire les camarades du parti social- démocrate quand ils prétendent être indignés par de telles actions  et ne rien savoir là-dessus parce qu’une agence du parti aurait d’elle-même développé cette initiative. Un accès direct à un ministre ou haut fonctionnaire social démocrate contre quelques milliers d’euros ! Pour le journal, il est évident que l’on a à faire à un véritable bourbier, à des lobbies qui  paient pour influencer des choix politiques. Sigmar Gabriel, le chef du parti social-démocrate doit assécher immédiatement ce bourbier et de manière radicale, s’il veut sauver le dernier reste de confiance envers le SPD !"…

 Autre thème: le dernier discours de la chancelière devant le Bundestag

C'était le premier grand discours d’Angela Merkel hier depuis l'annonce récente de sa candidature à un quatrième mandat à la Chancellerie…

"Devant le Bundestag à Berlin, Angela Merkel a, ni plus ni moins, livré la vision qu’elle a de son prochain mandat en tant que chancelière, relève la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Une vision marquée par la 'mondialisation' et la 'numérisation', deux thèmes qui, comme jamais auparavant, polarisent et divisent la société en Allemagne, en Europe, aux Etats-Unis.

Deutschland Generaldebatte im Bundestag zum Haushalts-Etat 2017 Merkel (picture-alliance/dpa)

Devant le Bundestag, la chancelière allemande Angela Merkel, candidate à un quatrième mandat l'an prochain, a aussi mis en garde mercredi contre la diffusion de fausses informations sur l'internet et les réseaux sociaux qui, selon elle, font le lit du populisme. .

Son message, un avertissement, est simple : 'Les changements vont se faire plus rapidement qu’on ne le pense.' La chancelière ne faisait pas là  allusion à des  changements superficiels comme ils se produisent chaque année dans le cadre d’une économie globalisée et numérisée, mais à des changements radicaux qui touchent aux racines mêmes de la création industrielle de richesse, de la valeur ajoutée. La FAZ explique et résume en plus clair: afin de ne pas accroître encore le sentiment d‘insécurité et pour ne pas  nourrir les angoisses, Angela Merkel s’est gardée de prononcer le mot qui existe pour de tels bouleversements. C’est le mot 'révolution'." 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !