L′Ouest doit-il encore aider l′Est ? | Vu d′Allemagne | DW | 21.03.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'Ouest doit-il encore aider l'Est ?

De nombreux journaux se font le relai du débat sur le « pacte de solidarité » qui aide les régions de l'Est en Allemagne. Plusieurs villes de l'Ouest font valoir que leur propre situation financière est critique.

Mis en place après la Réunification, le pacte de solidarité a créé un impôt supplémentaire qui vise à financer la reconstruction et le développement des régions de l'Est, marquées par quatre décennies de communisme à l'époque de la RDA. Alors que cette mesure doit rester en vigueur jusqu'en 2019, plusieurs villes de la Ruhr – une ancienne région industrielle de l'ouest fortement frappée par le chômage – remettent en question ce principe, car elles sont elles-mêmes surendettées.

Kohleausstieg

La Ruhr était autrefois spécialisée dans l'exploitation du charbon et la sidérurgie

Les vieux réflexes fonctionnent encore, relève le Financial Times Deutschland, dès que l'on remet en question le pacte de solidarité, l'Ouest le qualifie de gaspillage, l'Est de mesure vitale.

Dans la ville d'Oberhausen, à l'Ouest, les routes et les façades des écoles sont de plus en plus abimées, rappelle la Rheinische Post, un journal qui parait à Düsseldorf, juste à côté de la Ruhr. Dans la ville de Iéna, à l'Est, on construit une clinique universitaire et deux autoroutes. A Iéna, l'endettement moyen par personne est de 400 euros. A Oberhausen, de 7.000. Et pourtant, en 20 ans, Oberhausen a versé presque 300 millions d'euros à l'Est. Est-ce que c'est juste ? Non, ça ne l‘est pas, affirme le journal.

Deutschland Stadt Jena Markt bei Nacht

La vieille-ville de Iéna a été rénovée après la Réunification

Tout le monde en Allemagne est touché par les changements structurels, argumente de son côté la Lausitzer Rundschau, qui parait à Cottbus, dans l'Est du pays. Mais en Allemagne de l'Ouest, contrairement à ce qui se passait en RDA, les gens ont toujours pu choisir, lors d'élections libres, des représentants politiques intelligents pour trouver des solutions. Personne n'a imposé à la Ruhr un régime totalitaire.

La Frankfurter Allgemeine Zeitung estime que le débat est avant tout une manœuvre de campagne électorale de la part de la ministre-présidente de Rhénanie-du Nord-Westphalie, Hannelore Kraft. La candidate social-démocrate préfère entendre que c'est le pacte de solidarité et non pas elle, qui est responsable de la situation financière désastreuse de sa région.

Pour les Nürnberger Nachrichten, l'équation « l'ouest riche aide l'est pauvre » a changé et le pacte de solidarité sous sa forme actuelle a perdu sa légitimité. Il faudrait le transformer en « impôt de solidarité pour les villes en difficulté », quelle que soit la région dans laquelle ces villes se trouvent. Une grande partie de l'argent serait toujours transférée vers l'ancienne RDA, mais au moins cela ne donnerait pas lieu à d'absurdes injustices comme c'est le cas aujourd'hui.

Auteur : Aude Gensbittel
Edition : Yann Durand

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !