1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'OTAN en emporte le vent...

Le sommet de l'OTAN n'a débouché sur aucune réponse concrète aux grands dossiers internationaux, si ce n'est la confirmation du retrait d'Afghanistan. La presse allemande est sceptique.

Le sommet de l'OTAN n'a rien apporté de nouveau

Le sommet de l'OTAN n'a rien apporté de nouveau

Le lieu de ce sommet n'a pas été choisi au hasard, note la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Il fallait en réalité fournir au président Obama en pleine campagne électorale une belle photo de groupe, dans sa ville, promesse du retrait des troupes d'Afghanistan en prime. Pour autant, le message a été clair : les Européens doivent faire plus et dépenser plus pour leur sécurité. De fait, les perspectives stratégiques des USA concernent de plus en plus l'Asie et de moins en moins l'Europe. Pour la nouvelle génération des hommes politiques à Washington, l'obligation de soigner les relations transatlantiques n'est plus une évidence.

NATO-Gipfel in Chicago 2012 Obama und Karsai

L'OTAN se retire d'Afghanistan en 2014, c'est confirmé

L'OTAN veut devenir une communauté d'action au sein de laquelle les réserves de certains de ses membres contre une intervention militaire commune ne seraient plus possibles, observe die tageszeitung. Berlin a déjà signalé à ses partenaires son intention de modifier sa législation concernant l'accord obligatoire du Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand, pour participer à de telles interventions militaires. Ceci ne sera toutefois possible que si le Bundestag accepte de lui-même un tel abandon de ses prérogatives, avertit le quotidien de Berlin.

L'OTAN doit relever de nouveaux défis, analyse de son côté la Frankfurter Rundschau. Certes, ses succès sont indéniables. Ses victoires face au Pacte de Varsovie - son pendant durant la guerre froide - semblaient démontrer la suprématie du système économique et sociétal qu'elle défend. Mais la Chine étend maintenant son influence non seulement en Asie, mais aussi en Afrique. La Russie de Vladimir Poutine veut installer une alliance eurasienne. Ces nouveaux défis plongent l'Alliance atlantique dans une crise intérieure profonde et l'obligent à rechercher de nouveaux motifs d'exister.

NATO-Gipfel in Chicago 2012

L'Alliance atlantique a-t-elle encore un avenir ?

Les membres de l'OTAN ont démontré qu'ils partageaient la faculté de ne pas avoir d'opinion commune, constate la Süddeutsche Zeitung. De la lutte contre le terrorisme en passant par l'ingérence dans les guerres civiles, jusqu'aux conflits émergents dans la perspective de la raréfaction des matières premières, l'OTAN exprime autant d'opinions différentes qu'elle a de membres. Si elle veut encore faire bouger les choses dans le monde, elle doit prendre conscience de ce qu'elle veut et de ce qu'elle est. S'il est possible qu'elle réalise au bout du compte qu'elle n'est plus qu'une organisation multinationale dotée de capacités d'intervention militaire et pas une véritable alliance, ce risque est moins grand que de végéter encore longtemps en état de coma politique, conclut le quotidien de Munich.

Auteur : Christophe Lascombes
Édition : Konstanze von Kotze

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !