Lorsqu′il faut faire un choix | Vu d′Allemagne | DW | 01.09.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Lorsqu'il faut faire un choix

Au menu des grands quotidiens de ce lundi : le rachat de la Dresdner Bank par la Commerzbank et le débat sur les civils tués en Afghanistan.

** ARCHIV ** Die Hauptgebaeude der Commerzbank, links, und der Dresdner Bank sind am 25. August 2008 in Frankfurt am Main zu sehen. Der Poker um eine der groessten Fusionen im deutschen Bankenmarkt strebt seinem Hoehepunkt entgegen. Die Commerzbank soll nach uebereinstimmenden Medienberichten kurz vor der Uebernahme der Allianz-Tochter Dresdner Bank stehen. Am Sonntag, 31. August 2008, kommen die Aufsichtsraete von Allianz und Commerzbank jeweils zu Sitzungen zusammen. (AP Photo/Michael Probst) ---** FILE ** The buildings of Commerzbank, left, and Dresdner Bank are seen in Frankfurt, central Germany, Monday, Aug. 25, 2008. (AP Photo/Michael Probst)

Allianz va vendre Dresdner Bank à la Commerzbank pour 9,8 milliards d'euros. L'opération se fera en deux temps et devrait être au plus tard bouclée fin 2009

Le bancassureur allemand Allianz va vendre sa filiale bancaire Dresdner Bank à la Commerzbank. Enfin le rêve de l’ex-chancelier Gerhard Schröder se réalise, se réjouit die Welt : à côté de la Deutsche Bank, il fallait un autre géant qui puisse jouer dans la cour des grands à l'échelle européenne.

Leute kommen aus dem Hauptausgang der Zentrale der Commerzbank in Frankfurt am Main am Montag, 18. Oktober 2004. Die Commerzbank will offenbar in ihrer Investment-Sparte einige hundert Arbeitsplaetze streichen, berichtet die Financial Times am Montag. (AP Photo/Wolfram Steinberg) ---People leave the headquarters of German Commerzbank in Frankfurt, Germany, Monday Oct. 18, 2004. Commerzbank Securities, the investment banking unit of Germany's third biggest listed bank, is preparing to cut its staff by a quarter, mainly at operations in New York and Tokyo, the Financial Times reports Monday. (AP Photo/Wolfram Steinberg)

La Commerzbank, en mettant la main sur Dresdner Bank, va renforcer son poids de deuxième banque d'Allemagne

Tout porte à croire que la Commerzbank avec Allianz comme actionnaire principal sera un succès. Il faut penser à l’avenir. C’est pourquoi il faudrait également légiférer. Non seulement pour les exportateurs qui veulent être soutenus par les banques étrangères. Mais aussi parce qu’une économie sans banque puissante perd du poids au niveau international. Et à la longue, sans banque puissante, il n’y a pas de sécurité de l'emploi.

La Süddeutsche Zeitung, pour sa part, est bien moins enthousiaste. Elle se dit même effrayée par le nombre de suppressions d’emplois prévus après ce rachat : 9000, plus d’un poste sur dix. Les syndicats sonnent l’alarme et ils font bien. Ils avaient même la possibilité de stopper ça. Leurs membres font partie des comités de surveillance d’Allianz et des deux banques en question. Mais quelle aurait été l’alternative ? Sans fusion, reconnait le quotidien, les deux établissements risquaient d’être absorbés par les banques étrangères, là aussi des postes auraient été supprimés, peut-être même encore plus rapidement.

** ARCHIV ** Bewaffnete deutsche ISAF Soldaten stehen am 20. Februar 2007, Wache bei der Eroeffnung einer medizinischen Einrichtung in Kabul, Afghanistan. Der Bundestag ist am Freitagmorgen, 12. Oktober 2007, zusammengekommen, um ueber die Verlaengerung des Bundeswehreinsatzes in Afghanistan um ein Jahr abzustimmen. Das Mandat umfasst die Teilnahme von bis zu 3.500 deutschen Soldaten an der ISAF-Mission zur Absicherung des zivilen Wiederaufbaus sowie den Einsatz von sechs Tornado-Flugzeugen. Es wird mit einer breiten Mehrheit der Koalitionsfraktionen und der FDP gerechnet. (AP Photo/Musadeq Sadeq) --- ** FILE ** German soldiers, part of the International Security Assistance force (ISAF) stand guard during the opening ceremony of a German-funded medical center project in the Deh Sabz district of Kabul, Afghanistan, Tuesday, Feb. 20, 2007. (AP Photo/Musadeq Sadeq)

Deux enfants et une femme ont été tués dans le nord de l'Afghanistan lorsque des policiers afghans et des soldats allemands ont ouvert le feu sur une voiture civile à un barrage

Les soldats allemands sont-ils responsables de la mort d’une civile afghane et de ses deux enfants ? Se sont-ils mal comportés ou ont-ils été particulièrement agressifs ? Ces questions ne sont pas pertinentes selon la Tageszeitung. Le débat sur cet incident survenu jeudi dernier dans la province de Kunduz ne sert aux politiques du parlement et du gouvernement que pour faire diversion, pour faire oublier leur propre responsabilité. Depuis 2002, ils ont effectivement toujours appuyé et étendu l’engagement de la Bundeswehr en Afghanistan, ils sont donc responsables de ce qui s’y passe. Et sans un changement fondamental de stratégie concernant la mission internationale dans ce pays, le nombre de soldats et de civils tués continuera d’augmenter.

Tout autre avis du côté de la Frankfurter Allgemeine Zeitung : ceux qui sont critiques ont certes raison lorsqu’ils réclament un renforcement de la reconstruction. D’autres, en revanche, veulent la fin de la guerre, des manifestations sont d’ores et déjà prévues pour le mois à venir. Mais celui qui souhaite une telle chose, avertit la FAZ, accepte la reprise du pouvoir par les taliban extrémistes.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !