1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

L'opposition thaïlandaise dans la rue

Des dizaines de milliers de personnes manifestent quotidiennement pour réclamer le départ de la chef du gouvernement Yingluck Shinawatra, mais dénoncent aussi son frère Thaksin, renversé par un coup d'État en 2006

L'opposition démocrate mobilise depuis des semaines des manifestants au gouvernement

L'opposition démocrate mobilise depuis des semaines des manifestants au gouvernement

Paysage politique instable, opposition entre le nord-est du pays et la capitale Bangkok : sur cette toile de fond, une goutte d'eau a fait déborder le vase. Une loi d'amnistie qui aurait permis à Thaksin Shinawatra, l'ancien Premier ministre, d'échapper à une condamnation à deux ans de prison pour malversation.

Ministères et bureau de la police sont assiégés par les manifestants opposants au gouvernement

Ministères et bureau de la police sont assiégés par les manifestants opposants au gouvernement

Devant la colère provoquée par cette initiative, le Sénat a rejeté le texte. Mais sans pour autant apaiser l'opposition. Il faut dire que Thaksin est le frère de l'actuelle chef du gouvernement, Yingluck Shinawatra. Renversé par un coup d'État en 2006, il avait été condamné deux ans plus tard pour corruption. Pour échapper à la justice, il a pris le chemin de l'exil à Dubai, mais reste néanmoins au centre de la vie politique thaïlandaise.

Un pays à deux vitesses

On assiste au mouvement le plus important depuis la crise du printemps 2010. Des manifestants ont pénétré hier à l'intérieur des ministères des Finances et des Affaires étrangères.

Les manifestants accueillent le chef du Parti démocrate Abhisit Vejjajiva qui réclame la démission du gouvernement

Les manifestants accueillent le chef du Parti démocrate Abhisit Vejjajiva qui réclame la démission du gouvernement

Ils ont finalement quitté ce dernier mais se sont rassemblés aujourd'hui devant le ministère de l'intérieur. Ils auraient donné une heure aux fonctionnaires pour quitter les lieux. Même scénario devant d'autres ministères. C'est donc bien une crise grave qui secoue ce pays. Alors, pour expliquer cette colère, il faut savoir que la Thailande est un pays à deux vitesses : le nord-nord-est du pays, pauvre, rural qui est fidèle à Thaksin. Et les élites autour du palais royal qui défendent la monarchie. Au printemps 2010, jusqu'à 100 000 "chemises rouges" fidèles à Thaksin avaient occupé le centre de Bankgok et demandé la démission du gouvernement démocrate de l'époque. Aujourd'hui ce sont les démocrates menés par leur leader Suthep Thaugsuban, qui sont dans la rue. Une "grande action" est prévue pour mercredi...

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !