1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'opposition mobilise à Kinshasa

Des manifestations de rue aux allures de campagne électorale: devant une foule immense, l’opposant Etienne Tshisekedi a exigé la tenue de la présidentielle d’ici la fin de l’année 2016.

Écouter l'audio 02:02

"Le 19 décembre 2016 est la première ligne rouge à ne pas franchir par Joseph Kabila" (Etienne Tshisekedi)

À Kinshasa, Etienne Tshisekedi a dénoncé les accusations à l’encontre de l’ancien gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, et a par ailleurs recusé le facilitateur international, l'ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo. Des propos qualifiés "d'excès de langage" par Lambert Mendé, le porte-parole du gouvernement congolais, selon qui l'opposant historique lui-même a insisté pour qu'il y ait un facilitateur international.

C'est dans ce contexte de tension politique qu'un collectif d'Églises, d'ONG et de mouvements citoyens a proposé un calendrier électoral, qui prévoit l'organisation de l'élection présidentielle en décembre, afin d'éviter toute violation du délai prévu par la Constitution. Le docteur Denis Mukwege, directeur de l’hôpital de Panzi à Bukavu, dans le Sud-Kivu, a été désigné porte-parole de ces mouvements citoyens pour l'alternance.

Enfin, la moblisation de l’opposition s’est déroulée sans incident majeur. Les autorités de Kinshasa ont félicité les forces de l'ordre pour leur bon encadrement des manifestants. Plusieurs milliers de partisans de l'opposition avaient pris part au rassemblement et ont quitté le lieu du meeting dans le calme. Cliquez sur l'image pour écouter le reportage de Saleh Mwanamilongo.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !