L′opposition émerge en Libye | Afrique | DW | 28.02.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'opposition émerge en Libye

A Benghazi, la deuxième ville du pays, un Conseil national indépendant a été créé sous l'autorité de l'ancien ministre de la Justice. Le régime de Kadhafi ne contrôle plus que Tripoli et sa région.

Des opposants à Kadhafi brandissent l'ancien drapeau de la royauté à Benghazi

Des opposants à Kadhafi brandissent l'ancien drapeau de la royauté à Benghazi

Les combats se poursuivent autour de la base aérienne de Misrata, proche de Tripoli, contrôlée en grande partie par l'opposition. L'armée libyenne a conduit lundi matin une contre-attaque pour en reprendre le contrôle, une offensive au cours de laquelle les forces de l'opposition ont abattu un avion militaire et fait prisonnier son équipage.

Le pouvoir libyen semble pris à la gorge, étranglé sur la scène internationale par les sanctions prises samedi par le Conseil de sécurité de l'ONU. Pris en étau sur le terrain car l'opposition se prépare à marcher sur la capitale libyenne. Le régime ne semble pourtant rien vouloir céder et s'accroche au pouvoir comme l'illustre cette déclaration du fils de Mouammar Kadhafi, Saïf al-Islam, sur la chaine Al Arabiya : « Ce mouvement d'opposition n'a aucun avenir. Ces gens-là ne se battent pas pour la liberté, les droits humains ou la constitution. Au contraire : ils ont commis des attentats terroristes. »

Des enfants brandissent le V de la victoire sur un char détruit de l'armé libyenne

Des enfants brandissent le V de la victoire sur un char détruit de l'armé libyenne

Ancien ministre de la Justice

Saïf al-Islam s'est par ailleurs adressé à une foule de partisans en brandissant une arme automatique pour les encourager à continuer le combat et à soutenir le gouvernement. Face à ce refus de céder, la ville de Benghazi, à l'est du pays, est désormais devenue le centre de la rébellion. Et l'opposition semble commencer à s'organiser avec la formation d'un Conseil national. Celui-ci serait dirigé par l'ancien ministre de la Justice, Moustapha Abdel Jalil.

Mais, à peine l'opposition tente-t-elle de s'unir que déjà les dissensions apparaissent. Le porte-parole de ce Conseil national, Abdelhafez Ghoqa, a démenti le fait que l'ancien ministre de la Justice, Moustapha Abdel Jalil, soit le leader de ce nouveau mouvement. Il y a tout de même un point sur lequel les deux hommes sont d'accord : ils sont absolument opposés à une intervention militaire étrangère et ont averti que tout soldat étranger qui pénétrerait en Libye serait accueilli comme un ennemi.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Maie-Ange Pioerron

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !