1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

L'ONU : 70 ans déjà, mais...

Soixante dix ans déjà, mais l'ONU est confrontée à ses plus grands défis et l'on se demande si elle est à la hauteur de sa principale mission à savoir, sauvegarder la paix.

Qu'il s'agisse du terrorisme islamiste, de la nouvelle guerre froide - qui ne dit pas son nom - en Ukraine ou encore la situation de plus en plus chaotique au Proche Orient... les foyers de conflits sont nombreux dans le monde. Si un médiateur comme l'ONU n'existait pas, il faudrait le créer. Mais les célébrations de ce 70ème anniversaire interviennent à un moment où les critiques se font croissantes.

Une organisation coûteuse et inefficace?

L'ONU serait, non pas le gardien de paix qu'elle devrait être, mais plutôt un club de débat qui coûte cher et qui est inefficace. En mars, une vingtaine d'organisations d'aide humanitaire ont accusé l'ONU d'avoir démissionné face à la question migratoire, qui a pris une ampleur particulière cette année. Hanns Heinrich Schumacher est un ancien ambassadeur de l'Allemagne aux Nations unies. Pour lui ce n'est pas l'organisation en soi qui pose problème :

«Le problème se situe moins au niveau de l'ONU elle-même que de ses Etats membres. Il y a trop souvent des blocages et un manque de coopération lorsqu'une crise éclate. Exemple : le conflit en Syrie. Il y a cinq ans, nous avions, au Conseil des droits de l'homme, condamné la mort de cinq mille personnes. Aujourd'hui, nous en avons 250 mille, voire plus, et la Syrie n'est pourtant toujours pas sauvée de l'explosion.» L'ancien diplomate critique surtout la composition du Conseil de sécurité où selon lui, des décisions importantes sont couramment bloquées par cinq pays détenteurs du droit de véto. Ce droit de véto qui leur permet aussi d'ailleurs d'empêcher toute réforme qui pourrait réduire leur pouvoir. Cette situation fait l'objet de frustration en Afrique par exemple. Aucun pays du continent n'est membre permament du Conseil de sécurité.

A tout ce dysfonctionnement, s'ajoutent les accusations d'abus sexuels contre des casques bleus en Haiti, en RDC, au Liberia, au Soudan du Sud ou en Centrafrique. Un palmarès qui s'assombrit davantage avec les échecs de précédentes missions de paix.

Quelques actions positives

Mais l'ONU n'a pas que des détracteurs. Certains comme Gunter Pleuger, un ancien fonctionnaire de l'ONU, soulignent quelques réussites de l'organisation.

«Les problèmes mondiaux, tels que la multitude de conflits régionaux, les crises sanitaires qui traversent les frontières ou encore la protection de la nature, tous ces problèmes nécessitent des solutions à l'échelle mondiale qu'aucun pays ne peut offrir seul. Et la seule institution mondiale qui peut jouer ce rôle, c'est l'ONU.»

Parmi les acquis en 70 ans de vie de l'ONU, il y a aussi la décolonisation et le droit des peuples à se choisir des autorités légitimes.

La journée des Nations unies est marquée cette année aussi par le traditionnel concert auquel participeront de grands artistes internationaux.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !