1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'ombre de la Wehrmacht au sein de l'armée allemande

La traque des membres supposés appartenir à un réseau de soldats néo-nazis au sein de la Bundeswehr, l'armée allemande, a fait couler beaucoup d’encre chez les éditorialistes allemands.

Maximilian, c’est le prénom du soldat soupçonné d’avoir projeté des attentats à caractère raciste, dont lui et ses accolytes envisageaient de faire porter le chapeau aux réfugiés syriens. L’annonce mardi, par le procureur fédéral de Karlsruhe, de la mise en détention de ce militaire de 27 ans, est tombée comme un véritable coup de massue. 

Car, le 26 avril dernier déjà, le lieutenant Franco Albrecht, d’un an son aîné, avait été arrêté à Illkirch dans la banlieue de Strasbourg, où se trouve une base militaire franco-allemande. Ayant réussi par quelques subterfuges à obtenir l’asile politique en tant que réfugié syrien, ce dernier préparait, selon la police, des attentats contre les milieux de gauche mais aussi contre certaines personnalités du gouvernement d’Angela Merkel. Les recherches universitaires du lieutenant Franco Albrecht avaient été déjà signalées, pour leurs tendances extrémistes. 

Deutschland Von der Leyen mit Volker Wieker nach der Sondersitzung (picture-alliance/dpa/M. Kappeler)

La ministre allemande de la Défense a promis de réviser la version actuelle de l'arrêté sur les traditions au sein de l'armée

La hiérarchie de l’armée allemande, ainsi que le ministère de la Défense font, dans ce scandale, l’objet de vives critiques, à l’exemple de celle formulée par la Süddeutsche Zeitung : 
"Certes, les autorités affirment que l’armée n’est pas un vivier de nazis et de personnes d’extrême-droite, mais ils ont découvert, en menant leur enquête, que c’en pouvait être un ". 

Donaueschingen Kaserne Jägerbataillon 292 (picture-alliance/dpa/P. Seeger)

Franco Albrecht était stationné dans cette station près de Strasbourg

En effet, plusieurs reliques et symboles de la Wehrmacht, l’armée nazie, ont été découverts dans des casernes, notamment dans celle des suspects arrêtés.

  "N’y a-t-il pas de contrôle au sein de l’armée? Ou est-ce que les idées d’extrêmes-droite sont jugées normales ?", s’interroge le journal. Avant de répondre:  "On en saura un peu plus sur les complicités lors du procès. Mais les indices jouent en défaveur de la Bundeswehr".

Die Welt estime pour sa part que les derniers rebondissements dans cette affaire ne doivent pas susciter qu’un flot d’indignation. "Ils doivent plutôt, poursuit le journal, permettre d’éclairer ces faits ". Le quotidien, pour conclure, espère que le scandale actuel balisera le chemin pour repenser et redéfinir les principes de base des soldats engagés au sein de la Bundeswehr. 

La Corée du Sud a un nouveau président 

Le nouveau chef d’Etat sud-coréen a prêté serment ce mercredi, après l’élection remportée hier. 
"Peut-être qu’il n’a jamais été aussi simple d’être élu président en Corée du Sud", écrit d’emblée la Frankfurter Allgemeine Zeitung, qui rappelle aussi que Moon-Jae-In a succédé à Park Geun-Hye, destituée par le Parlement en raison de son implication dans un énorme scandale de corruption.

Südkorea Präsidentschaftswahl Gewinner Moon Jae-in (Picture-Alliance/AP Photo/A. Young-joon)

Le nouveau président sud-coréen s'est dit prêt à ouvrir des pourparlers avec son voisin nord-coréen

 

Mais il ne sera pas aisé pour le nouveau chef d’Etat sud-coréen, surtout en matière de politique étrangère, de devoir conjuguer avec le régime de Pyongyang en Corée du Nord "qui pousse à bout", ni avec le président américain, qui est très versatile. "Moon Jae-In n’est donc pas à envier", juge le journal de Francfort. Sur la Corée du Nord, "Moon ne va pas laisser la charge du dossier aux Etats-Unis ou à la Chine", estime pour sa part le journal Rheinpflaz, à propos du nouveau président. 
 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !