L′islamophobie au banc des accusés | Allemagne | DW | 15.07.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

L'islamophobie au banc des accusés

Deux semaines après l'assassinat d'une jeune Egyptienne en pleine salle d'un tribunal à Dresde, dans l'est de l'Allemagne, cette affaire continue à provoquer colère et tristesse dans l'ensemble du monde arabe.

Ein Foto von Marwa El-Sherbiny haengt am Samstag, 11. Juli 2009, in Dresden vor dem Rathaus waehrend einer oeffentlichen Trauerfeier. Der arabische Text lautet: Warum wurde sie getoetet? Die Aegypterin wurde am 1. Juli im Landgericht Dresden niedergestochen und erlag ihren Verletzungen. Der Mord loeste in der arabischen Welt heftige Proteste aus. (AP Photo/Matthias Rietschel)

La photo de Marwa el Sherbini, la jeune femme assassinée, devant la mairie de Dresde

L'organisation de la conférence islamique a néanmoins salué la prise de position du gouvernement allemand qui a condamné "ce genre d'actes quel que soit l'endroit où ils se passent". Le gouvernement allemand qui a répété -notamment à l'adresse du Président iranien Ahmanidedjad - qu'il n'y avait pas de place en Allemagne pour la xénophobie...Rappelons que la chancelière allemande Angela Merkel avait présenté ses condoléances au président égyptien Moubarak en marge du G8.

La ville de Dresde cherche d'ailleurs un moyen d'honorer Marwa El Sherbini, cette jeune egyptienne enceinte abattue en plein tribunal à coups de couteau. Samedi dernier plusieurs milliers d'habitants de Dresde - et d'ailleurs - ont participé à une cérémonie á la mémoire de la jeune femme. Il était temps. Car les médias allemands se sont faits, dans un premier temps, plutôt discrets sur cette affaire.

Rappelons les faits briévement: Marwa el Sherbini est une jeune maman qui porte le voile. Elle se trouve le 1er juillet dernier sur un terrain de jeux. Un homme se met à l'injurier en la traitant entr'autres "d'islamiste et de terroriste" parce qu'elle demande une balançoire pour son enfant. Marwa el Sherbini, porte plainte. Et c'est là que se produit l'incroyable: devant les yeux de son enfant de trois ans, en pleine salle de tribunal, l'homme se jette sur elle et la tue de 18 coups de couteau. Son mari essaye de lui venir en aide. Deux policiers interviennent mais l'un d'entre eux se trompe et lui tire dessus.

Cette affaire pose beaucoup de questions: il faudra bien sûr expliquer comment un accusé peut pénétrer dans une salle de tribunal armé sans être inquiété. Mais surtout l'Allemagne s'interroge sur cette éruption de racisme et d'islamophobie: L'homme, un Allemand d'origine russe n'a pas agi par hasard. Pour Aiman Mazyek, secrétaire du conseil des Musulmans de Cologne, il faut réagir. Il a déclaré au micro de Beate Dietze, lors de la cérémonie de Dresde: « Le fait que tant d'habitants de Dresde soient venus ici pour exprimer leur solidarité contre l'extrême droite et contre toute forme de racisme est un signe encourageant. Mais ce n'est que le début. Nous devons appeler les choses par leur nom. Si nous nous contentons de beaux discours et retournons à nos petites affaires comme si de rien n'était, alors nous n'avons rien appris de cette terrible tragédie. »

Le professeur d'université Wolfgang Donbach collègue du mari de Marwa el Sherbini a publié une lettre ouverte intitulé: "Dresde, réveille-toi". Un slogan que l'on pourrait avec bénéfice reprendre ailleurs en Europe...