L′Iran contre-attaque | International | DW | 19.04.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

L'Iran contre-attaque

En début de semaine dernière, Washington organisait un sommet sur la non prolifération du nucléaire. Ce week-end, c'était au tour de l'Iran de tenir une conférence internationale sur le désarmement.

default

Cette conférence intitulée "Energie nucléaire pour tous, l'arme nucléaire pour personne" s'est terminée hier, sans déclaration commune, ce qui n'a pas empêché le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki, de la qualifier de succès. Le sommet a réuni pendant deux jours des représentants de 56 pays, parmi lesquels une dizaine de ministres et vice-ministres des Affaires étrangères, notamment russe et chinois. Les Occidentaux, qui sont parmi ceux qui soupçonnent l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique, étaient, eux, absents.

Teheran Atomkonferenz 2010

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad (à droite) et le ministre des Affaires étrangères syrien Walid Mouallem

Le ton du sommet a été donné dès l'ouverture. Il était clairement anti-américain. Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei a rejeté les "mensonges" des Washington, qu'il a qualifié de "seul criminel atomique du monde". Mahmoud Ahmadinejad a lui exigé que les puissances nucléaires - Etats-Unis en tête - soient exclues de l'Agence internationale de l'énergie atomique. Le président iranien s'en est également pris au droit de véto des cinq puissances nucléaires que sont les membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu - pour rappel, la Chine, la Russie, le Royaume-Uni, la France et les Etats-Unis. Selon lui, ce droit de véto est antidémocratique et ne donne, aux autres pays, pas d'autre choix que de vouloir, à leur tour, acquérir des armes atomiques.

« Quand les Etats qui possèdent des armes nucléaires et qui les ont déjà utilisées possèdent un droit de veto inique dans la plus haute instance internationale chargée de la sécurité mondiale, est-ce que cela n'encourage les autres pays à la prolifération d'armes nucléaires pour assurer leur sécurité nationale? »


Dans la foulée, le président iranien a également demandé à ce que le TNP, le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, soit révisé par des pays qui ne possédent pas d'armes nucléaires.

Flash-Galerie Iran Natanz

Le président iranien en visite sur le site d'enrichissement de Natanz, le seul dont dispose actuellement l'Iran

Ce sommet de Téhéran constitue effectivement une réponse du berger à la bergère, après le sommet de Washington de la semaine dernière et durant lequel le dossier nucléaire iranien était sur toutes les lèvres. Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité ainsi que l'Allemagne ont entamé d'énièmes discussions sur de nouvelles sanctions contre l'Iran. Comme pour enfoncer le clou, Mahmoud Ahmadinejad a approuvé lundi la désignation de plusieurs sites pour l'installation de nouvelles usines d'enrichissement d'uranium.

Auteur: Konstanze von Kotze / Edition: Sandrine Blanchard

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !