1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'insécurité règne au Soudan du Sud

Les militaires fidèles au président Salva Kiir, et ceux qui soutiennent l'ancien Premier ministre Riek Machar se sont de nouveau affrontés tout près de la capitale Juba le week-end passé.

Des combats qui se multiplient depuis trois semaines et qui ont poussé environ 60.000 personnes à fuir le pays selon le Haut commissariat de l'Onu pour les réfugiés. Et les organisations humanitaires lancent un cri d'alarme, car elles ne peuvent pas accéder aux personnes qui sont dans l'extrême urgence.

Pillages, assassinats, enrôlement de force de jeunes gens et des enfants... c'est tout cela que les civils fuient.

Südsudan Flüchlinge suchen Schutz

Les victimes des combats entre les partisans de Salva Kiir et ceux de Riek Machar sont en premier lieu les civils et particulièrement les enfants

Beaucoup tentent de rejoindre l'Ouganda où le nombre de réfugiés franchissant la frontière a doublé au cours des dix derniers jours. D'autres cherchent à gagner le Soudan ou le Kenya, selon le HCR. Et la situation de ces déplacés reste catastrophique. Avant l'intensification des combats, plusieurs organisations d'aide avaient alerté sur la crise humanitaire qui est hors de contrôle dans le pays. Le Service Jésuite des Réfugiés, est l'une de ces organisations. Frido Pflüger dirige la branche allemande:

"Beaucoup de gens ont fui les combats et se sont refugiés dans les camps de la mission des Nations Unies. Mais même ces camps ont été attaqués. Les magasins du Programme Alimentaire Mondial, prévus pour plus de 200.000 personnes, ont été pillés. Cela signifie qu'il n'y a pas de respect pour les soldats de la paix. La communauté Internationale ne doit pas accepter cela.''

Südsudan UN denken über Verstärkung von Unmiss nach

Les Nations unies évoquent un renforcement de leur mission dans le pays.

Actuellement, les organisations humanitaires sont incapables d'accéder aux déplacés les plus vulnérables en raison notamment de la détruction de certaines routes. Frigo Pflüger:

‘'Nous avons dû retirer notre personnel de Maban, dans le nord du pays plusieurs fois suite aux affrontements aux alentours. Quand l'équipe y retournait, ça reprenait encore… Nous avons dû arrêter notre travail dans les écoles , et nous avons dû suspendre la formation de nos enseignants''

Récemment, l'ambassadeur d'Allemagne à Juba, Johannes Lehne,a estimé nécessaire de renforcer les pressions et les sanctions diplomatiques contre les deux parties en conflits pour ramener la paix dans le pays.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !