Liberia:La Présidente Ellen Johson Sirleaf épinglée | Afrique | DW | 07.07.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Liberia:La Présidente Ellen Johson Sirleaf épinglée

Dans son rapport final rendu public lundi, la Commission Vérité et Réconciliation met en cause l'actuelle présidente du Liberia pour son implication dans la guerre civile de 1989 à 2003

default

Ellen Johnson Sirleaf

Charles Taylor Liberia Prozess Den Hagg

Charles Taylor


C'était un rapport très attendu et il a finalement été rendu public hier. Un rapport publié au terme de trois années d'auditions, trois années pendant lesquelles la Commission Vérité et Réconciliation a eu à recueillir des témoignages, des preuves et des révélations sur ce qui restera comme la période la plus sombre de l'histoire du Liberia, la guerre civile de 1989 à 2003.

Dans ce document remis au parlement le 30 juin dernier, Ellen Johnson Sirleaf est donc épinglée. La Commission Vérité et Réconciliation reproche à l'actuelle présidente du pays ses relations anciennes avec l'ancien chef de guerres Charles Taylor, aujourd'hui aux mains de la justice internationale. En février dernier, lors de son audition par la commission, Ellen Johnson Sirleaf avait reconnu avoir collecté des fonds pour Charles Taylor en vue de renverser Samuel Doé mais avait par contre démenti avoir été membre du mouvement de Charles Taylor. Aujourd'hui la voila rattrapée par ce passé et en proie à sa première grande crise depuis qu'elle a accedé au pouvoir en 2005.

Deux grandes recommandations sont formulées dans ce rapport de 370 pages. Il s'agit de la création à Monrovia d'un tribunal spécial pour juger les ex-chefs de guerre et leurs commandants militaires ayant commis les actes les plus graves et des sanctions publiques à imposer à cinquante personnes qui se sont associées aux groupes armés. Selon la Commission, ces personnalités devraient être empêchées de briguer des mandats électifs ou d'occuper des fonctions publiques pendant une période de 30 ans. Dans cette liste figure notamment le nom de l'actuelle présidente Ellen Johnson Sirleaf. Quelles chances pour ces différentes recommandations quant on sait que le parlement qui doit donner une suite à ce rapport comprend plusieurs élus proche des anciennes milices?Quoi qu'il soit, la publication même de ce rapport peut être considérée comme une victoire pour les victimes qui attendent depuis des années que les responsabilités soient situées et que justice soit rendue.


Flüchtlinge in Liberia

Déplacés libériens pendant la guerre civile


default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !