Libéré, Hassan al-Tourabi joue la provocation | Afrique | DW | 03.05.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Libéré, Hassan al-Tourabi joue la provocation

Le chef de l'opposition islamiste au Soudan, Hassan al-Tourabi, a été libéré lundi soir après plus de trois mois de détention. Juste après sa libération, il a encore fait parler de lui.

default

Hassan al-Tourabi en avril 2010

Dès sa libération, Hassan al-Tourabi a appelé de nouveau à une révolte populaire contre la corruption au Soudan. Les forces de sécurité soudanaises avaient appréhendé Tourabi et huit autres membres de son parti, le Congrès populaire soudanais, le 18 janvier, après un appel à un soulèvement populaire pour contraindre le pouvoir à enrayer la vie chère. Violette Degerre, présidente de la Commission arabe des droits de l'Homme :

« Tourabi, il a un franc-parler. Il disait des choses qui ne plaisaient pas et il faisait peur. C'est toujours ceux-là qui font peur, parce qu'ils disent que l'on doit alterner, pour qu'il arrête de nuire. Moi je crois qu'ils ont intérêt dans tous ces pays arabes à dialoguer les uns avec les autres, parce que c'est comme ça qu'on va construire et ce n'est pas en mettant en prison ou en envoyant en dehors du pays qu'on va régler la situation. Il y a des gens qui sont avec lui là-bas. Je me rappelle, j'étais là-bas et j'ai vu des gens réclamer qu'il se présente aux élections, qu'il soit reconnu. Bien sûr, il est controversé. »

Mais ce qui fait de lui un homme controversé, c’est qu'il est présenté comme l'un des soutiens influents du terrorisme international. Il a accueilli une fois Oussama Ben Laden au Soudan dans les années 1990. Cet opposant au régime entretient également des liens très étroits avec le Mouvement pour la justice et l'égalité, le JEM, principale faction rebelle opérant au Darfour. Le Darfour, une province à problème du Soudan.

Ancien chef des Frères musulmans soudanais, Hassan al-Tourabi, 79 ans, avait soutenu le coup d'Etat d'Omar Hassan el Béchir en 1989 et il était devenu l'éminence grise du régime. Mais il a effectué dans les années qui ont suivi plusieurs séjours en prison et a été placé à plusieurs reprises en résidence surveillée.

Auteur : Kossivi Tiassou
Edition : Marie-Ange Pioerron

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !