1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'histoire est trop belle, ironisent les Kieler Nachrichten.

C'est justement cette coalition qui aurait préféré quitter le nucléraire civil hier plus qu'aujourd'hui qui veut refiler sa vieille centrale nucléaire de Hanau à la Chine populaire et faire taire sa conscience politique pour quelque 50 millions d'euros. La Chine justement, cette puissance grandissante au coeur d'une région géostratégique rien moins qu'instable, devrait pouvoir fabriquer d'importantes quantités de plutonium, la matière de base de la bombe atomique ? Si c'est cela la nouvelle voie de la politique étrangère, alors il y a de quoi avoir peur. La Frankfurter Rundschau critique elle aussi le fait que la Chine soit désormais en mesure de fabriquer de grandes quantités de plutonium militaire. Et c'est bien là le problème : en effet, à l'instar des autres grandes puissances nucléaires, il n'y a pas de séparation nette en Chine entre l'atome civil et militaire. Et espérer imposer à Pékin les prescriptions concernant l'utilisation de l'atome à des fins pacifiques relève de la pure naïveté, poursuit le journal. En titrant « Ivresse de Chine », le commentateur de la Süddeutsche Zeitung n'y va pas non plus de main morte. Les efforts de séduction du gouvernement fédéral envers leurs hôtes sont tout bonnement remarquables. Berlin semble vouloir tout faire pour effacer ce qui pourrait irriter les Chinois. La question des Droits de l'Homme est depuis longtemps reléguée au chapitre du dialogue inter-états, la levée de l'embargo sur les armes est nécessaire parce que Pékin se sent sinon discriminé. Mais cette nouvelle Chine, qui n'est plus celle de Tian-An-Men comme l'affirme Gerhard Schröder, est pourtant dirigée par celui qui, après le massacre de 1989, a été le premier à envoyer un télégramme de félicitations aux dirigeants alors en place, fustige le journal. Même son de cloche dans la Freie Presse , de Chemnitz, pour qui, même si la Chine a changé, lui accorder tout ce qu'elle demande est un acte de confiance dangereux. L'enfer est pavé de bonnes intentions, rappelle le journal.
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !