1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'Europe s'engage au Mali

L'Union européenne veut soutenir l'armée malienne dans le Nord du Mali, non pas comme la France, par une mission de combat contre des terroristes islamistes, mais par une mission d'instruction et de formation militaire.

default

Soldats maliens à Bamako

C'est le 17 janvier dernier que le Conseil des ministres de l'Union européenne a donné son feu vert. Il s'agit d'instruire et de perfectionner soldats, sous-officiers et officiers de l'armée malienne.

Le chef de l'EUTM, la mission de l'Union européenne pour la formation de l'armée malienne, est déjà sur place pour discuter avec le gouvernement malien et préparer le déploiement des 450 Européens de cette mission de formation. Cela fait maintenant deux semaines que des troupes francaises combattent aux côtés de l'armée malienne. A ceux qui critiquent la lenteur de la réaction de Bruxelles après le lancement de l'intervention française, Richard Zink, le chef de la délégation de l'UE au Mali, rétorque:« Pour l'Union européenne c'est une mission très rapide. Encore une fois il ne s'agit pas d'une mission de combat, mais d'une mission de formation. Cette instruction militaire va commencer début mars, et le second volet, le conseil et l'encadrement des officiers supérieurs pour les questions administratives et structurelles, va débuter dès février déjà. »

Mali Ausbilder der deutschen Malische Soldaten

Soldats maliens : ceux-ci seront formés sous peu par la mission de l'UE

Un précédent catastrophique

Mais ce n'est pas la première fois que des éléments de l'armée malienne recoivent une instruction militaire occidentale. Le Professeur Modibo Goita, enseignant à l'école pour le maintien de la paix à Bamako, se souvient en particulier d'une mission d'instructeurs américains venus à Tombouctou et dans la région pour former des soldats maliens à la lutte anti-terroriste:« Ils ont déserté, avec plus de 80 véhicules tout-terrains. Ceux là mêmes qui avaient été spécialement formés par les Américains dans la lutte anti-terroriste. Ils ont emporté avec eux armes et bagages. »

Ironie du sort : ces déserteurs qui avaient reçu une formation d'élite (pour la plupart des Touareg) ont directement rejoint le mouvement de libération de l'Azawad, du MNLA. Début 2012, ils ont entamé le combat contre l'armée gouvernementale dans le nord, commettant un massacre particulièrement sanglant dans la ville d'Aguelhok à la mi- Janvier 2012.

Mali Ausbilder der deutschen Bundeswehr Transall-Maschine VERSION 2

Le premier avion Transall de la Bundeswehr sur l'aéroport de Bamako le 19 janvier

Rapports évoquant des exactions

Le professeur Goita explique que ce précédent américain est un exemple de l'échec des efforts entrepris par Bamako pour l'intégration nationale des Touareg : « Tout cela s'est fait pour arriver à la réconciliation au niveau national. A propos de l'armée on a toujours dit que les Bambara, les Noirs la domineraient. On voulait donner un autre exemple. »

Ces derniers jours des rapports évoquant la possibilité de luttes ethniques et d'exactions commises aussi par des soldats maliens contre des Maliens à la peau claire (Touaregs, Peuls, Arabes)à titre de revanche inquiètent l'Union européenne.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !