1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'Europe en quête d'une stratégie contre les migrations irrégulières

Au mini-sommet de Paris sur les migrations irrégulières ce lundi, deux idées s'affrontent: la stratégie sécuritaire pour stopper le flux migratoire et l'investissement dans le développement pour occuper les jeunes.

Écouter l'audio 02:21

"Une politique viable ne devrait pas juste viser à faire baisser les chiffres" (Florence Kim, OIM)

Les pays européens sont toujours préoccupés par la réduction des flux migratoires. Lors d'un mini-sommet qui s'est tenu à Paris, la France, l'Italie, l'Espagne et l'Allemagne ont discuté avec certains pays africains (Libye, Niger, Tchad). Le but est de fixer une stratégie permettant de stopper les départs depuis l'Afrique. Mais le sommet de Paris confirme encore le constat que les pays européens sont seuls à la manœuvre, laissant la Commission européenne simple spectatrice. La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini était bien présente à Paris. Mais cette présence semble plutôt symbolique. 

 

Associer sécurité et développement

 

Au centre du mini-sommet, il est question de coopération sécuritaire avec les participants africains considérés comme étant des acteurs clés dans la lutte contre les migrations irrégulières. Les pays européens directement touchés multiplient leurs efforts. La présidence française a par exemple relancé sans encore convaincre l'idée de la création de centres d'enregistrement des migrants sur les lieux de départ, les fameux hotspots.

L'Allemagne met quant à elle l'accent sur le partenariat dans le domaine du développement. Un plan que la chancelière Angela Merkel a de nouveau évoqué lors de sa traditionnelle interview d'été. Selon Madame Merkel en effet, "il est question d'empêcher les réseaux de passeurs de continuer d'exercer cette activité et leur proposer une autre perspective pour s'autofinancer. Créer de l'emploi... Ensuite, équiper les forces de sécurité nigériennes, travailler avec la Libye et d'une manière générale les pays de départ des migrants en créant de meilleures opportunités sur place."

 

Mettre l'accent sur la dimension humanitaire

 

C'est aussi le point de vue défendu par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Pour Florence Kim, porte-parole de l'OIM, c'est la meilleure façon de combattre les migrations irrégulières. "Une politique migratoire viable n'est pas celle qui vise à stopper la migration" insiste-t-elle. "C'est celle qui prend en considération la dimension humaine, humanitaire de cette crise migratoire" ajoute Madame Kim dans une interview accordée à la Deutsche Welle.

Le mini-sommet de Paris intervient après une multiplication d'initiatives européennes. Les États européens directement touchés par la crise migratoire cherchent à aller vite en concluant des accords bilatéraux  avec certains États africains. Ainsi, l'Italie a reçu en amont du sommet, les représentants du Tchad, de la Libye et du Niger avec qui elle a signé une déclaration commune anti-migratoire.

Retrouvez aussi la version audio de cet article !

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !