L′Europe de la connaissance en réseau | Europe | DW | 10.07.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

L'Europe de la connaissance en réseau

Dans cette édition: le premier campus européen vient de naitre. Il rassemble - en réseau - près d’un demi-million d’étudiants des deux côtés des Pyrénées, en France et en Espagne

Die Université von Toulouse-Le Mirail (UTM) in Frankreich***Bildzulieferer: Elisabeth Cadot

Les étudiants de l'université de Toulouse Le Mirail bénéficiaires de l'Eurocampus

Le premier Euro campus est né. Alors que faut-il comprendre sous ce sigle ? Il s’agit en fait de la réunion virtuelle d’universités de la région midi Pyrénées et Languedoc Roussillon pour la France, avec la Catalogne, les îles Baléares et l’Aragon pour l’Espagne. Quelques 22 universités au total, 45 000 chercheurs et 23 autres établissements du supérieur. Bref, un symbole européen fort de part et d’autres des Pyrénées. Un espace de travail au service d’un demi-million d’étudiants. Alors concrètement comment va fonctionner l’euro-campus qui s’appuie il faut le préciser sur une euro-région préexistante ? Réponse avec Daniel Weissberg, vice président de l’université de Toulouse Le Mirail en France

Flash sur PhotoEspana

PHotoEspaña

Apprendre la photo avec de vrais professionnels...c'est la particularité du festival PhotoEspana

Pour sa douzième édition, le festival PHotoEspaña à Madrid s'affirme de plus en plus comme un rendez-vous incontournable de la photographie. Fort de plus de 70 expositions et de 250 artistes exposés pendant un mois et demi, PHotoEspaña propose également de nombreuses activités autour de la pratique de la photographie. C'est le cas des ateliers

de grands maîtres. Pendant plusieurs jours, passionnés et photographes amateurs se retrouvent en compagnie de grands noms de la photo, entre classes magistrales, ateliers et pratiques sur le terrain... Découverte avec Guillaume Bontoux...

Agenda culturel

Festival de la culture russe que convie la colonie russe Alexandrowka les 18 et 19 juillet prochains. Et l’histoire de cette colonie démarre en 1826. Explication avec Nathanaelle Reveyron.

Effectivement, à partir de cette date, le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume III, fait construire, au nord de Potsdam, un village de douze maisons en bois à l’architecture typiquement russe. Il souhaite honorer la mémoire de son ami Alexandre 1er, tsar de Russie, décédé un an plus tôt. Cette colonie baptisée « Alexandrowka » est destinée à accueillir les soldats – choristes russes du 1er régiment de la garde prussienne. Anciens prisonniers de guerre, ces soldats sont chargés d’accompagner et de distraire, par leurs chants, l’armée en campagne. En 1827, ils s’installent à Alexandrowka. C’est cette histoire mais aussi la culture russe que les habitants actuels de la colonie feront découvrir aux visiteurs les 18 et 19 juillet prochains. A travers notamment une visite guidée des maisons et des jardins. Et pour la 1ère fois, le chœur des habitants d’Alexandrowka interprétera la chanson « la colonie russe» - « die russische Kolonie » en allemand. Seul le texte de cette chanson date de l’époque des soldats-choristes, la partition n’ayant pu être retrouvée. Depuis 1999, la colonie Alexandrowka est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco.