L′Europe démunie face aux mineurs clandestins | Europe | DW | 29.12.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

L'Europe démunie face aux mineurs clandestins

L’arrivée de jeunes clandestins en Europe prend de l’ampleur depuis quelques années mais l’absence d’un cadre européen spécifique pour les accueillir demeure.

Ein Boot der spanischen Küstenwache bringt afrikanische Füchtlinge nach Fuerteventura; die Küstenwache hatte sie auf einem heruntergekommenen Boot, dessen Wrack (l) sie im Schlepp hat, auf dem Meer vor den Kanarischen Inseln abgefangen (Archivfoto vom 19.10.2004). Viele der Migranten sind eigentlich wohlhabende Menschen, eine Reise nach Europa kann bis zu 10.000 Dollar kosten. Doch die Chancen, den gelobten Kontinent zu erreichen, werden immer geringer. Von Afrika aus führen viele Routen nach Europa, Ceuta und Melilla sind nur eine der möglichen Zwischenstationen. Foto: Juan Medina (zu dpa 0617) +++(c) dpa - Bildfunk+++ Afrika, Gesellschaft, Migration, Politik

Les gardes-côtes au large de l'Espagne interceptent de plus en plus de mineurs clandestins

Des pays comme la France, la Belgique, l’Espagne ou l’Italie ont dû ouvrir des centres d’accueil pour ces mineurs, mais l’Union européenne est démunie face à la venue des mineurs clandestins. En effet, il n’existe pas de cadre européen spécifique pour l’accueil de ces jeunes en exil. La seule obligation pour les états membres étant de respecter la convention internationale des droits de l’enfant. Une convention qui oblige notamment les états à scolariser les mineurs et à leur accorder des soins.

L’Espagne est traditionnellement en première ligne pour ce qui concerne l’immigration illégale. Les services de police et de douanes arrêtent ainsi de plus en plus de jeunes adolescents qui cherchent à entrer en Europe en passant par l’Espagne. Les estimations avancent le chiffre d’environ 2000 mineurs dans la péninsule, des Marocains pour la plupart.

Un reportage à Madrid de François Musseau.

En Italie, les autorités estiment que 7000 mineurs non accompagnés sont arrivés cette année en Italie. La plupart ont débarqué sur l’île de Lampedusa. Etant mineurs, l’Etat italien ne peut pas les expulser et en vertu des conventions internationales, celui-ci doit les prendre en charge dans d es centres d’accueil spécialisés.

Reportage de Mathilde Auvillain dans un de ces centres, situé à la périphérie de Rome.