1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les victimes du 28 septembre réclament justice

Trois ans après les faits, les proches des victimes et les rescapés du massacre perpétré le 28 septembre 2009 au stade de Conakry par la junte militaire de Moussa Dadis Camara déplorent l'impunité qui entoure le dossier.

Selon la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) et l'Organisation guinéenne de défense des droits de l'homme (OGDH), la répression d'un meeting de l'opposition dans le stade de la capitale guinéenne a fait au moins 157 morts. Trois ans plus tard, les victimes estiment n'avoir toujours pas obtenu justice : malgré quelques inculpations, aucun des militaires guinéens présumés responsables des exactions n'a encore été véritablement inquiété dans le pays.

Le capitaine Moussa Dadis Camara

Le capitaine Moussa Dadis Camara

Après les faits, la junte militaire dirigée par le capitaine Moussa Dadis Camara, avait mis en place une commission nationale d'enquête totalement sous contrôle. Cette commission avait conclu à la responsabilité exclusive d'Aboubacar Sidiki Diakité dit « Toumba », aide de camp du chef de la junte.

Les responsables désignés mais libres

Il fallut donc attendre le rapport d'enquête des Nations unies du 17 décembre 2009, qui qualifiait les violences de « crimes contre l'humanité », pour que certains noms soient cités parmi les responsables principaux du massacre.

Mais aujourd'hui, toutes ces personnes citées semblent difficiles à atteindre. Dadis Camara, l'ancien chef de la junte vit toujours en exil à Ouagadougou, Toumba est en cavale malgré un mandat d'arrêt international lancé contre lui, Claude Pivi est l'actuel chef de la garde présidentielle d'Alpha Condé. Quant à Moussa Tiegboro Camara, il a été entendu le 8 février dernier lors d'une première audience par trois juges d'instruction guinéens, qui lui ont laissé sa liberté.

Les militaires responsables du massacre ont agi sous les ordres de personnalités désignés par un rapport d'enquête

Les militaires responsables du massacre ont agi sous les ordres de personnalités désignés par un rapport d'enquête

Une « impasse » selon l'association des victimes

En Guinée, l'association des victimes du 28 septembre, s'inquiète face à cette situation. « Nous sommes dans l'impasse et nous ne savons pas à quelle étape nous sommes dans la poursuite des personnes qui ont été identifiés et dont la responsabilité a été établie, déplore Mamadou Diallo, membre de cette association. On ne peut pas commettre des crimes dans un Etat et rester impuni! »

Cependant, certaines voix proches de l'ancien chef de la junte insistent encore sur la responsabilité de Toumba, qui doit selon eux « être arrêté et répondre aux accusations ».

Enfin, il faut signaler l'inculpation, le 13 septembre 2012, du colonel Abdoulaye Cherif Diaby, ancien ministre de la Santé. Cette nouvelle inculpation est-elle un nouveau signal important pour la lutte contre l'impunité en Guinée ? L'avenir nous le dira !

Écouter l'audio 02:07

« On ne peut pas commettre des crimes et rester impuni ! »

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !