1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les USA peuvent-ils forcer Joseph Kabila à respecter le calendrier électoral ?

En marge de sa visite en RDC l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, a appelé à la tenue, en 2018, de l’élection présidentielle. Reste à voir si cet énième appel sera suivi d'effet.

Écouter l'audio 05:32

"Les USA n'ont jamais sanctionné la famille Kabila. Je crois que ca peut marcher, si les Européens sont avec les Américains." (Herman Cohen)

L'ambassadrice américaine aux Nations Unies, Nikki Haley, a été ferme. "Les élections doivent être organisées en 2018 [sinon], la RDC ne doit pas compter sur le soutien des États-Unis et de la communauté internationale", a  t-elle déclaré à l'issue d'une rencontre avec le président de la Commission électorale nationale indépendante, Corneille Nangaa. Selon la diplomate américaine, il est possible que le calendrier électoral en l'état actuel puisse être respecté. "Nous n'allons pas appuyer un calendrier qui ne montre pas clairement que les élections seront tenues en 2018", a-t-elle ajouté.

Pour ce faire, Nikki Haley a sollicité le concours des évêques catholiques, qui avaient chapoté, en décembre 2016, l'accord politique dit "de la Saint-Sylvestre". "Les évêques attendent de la communauté internationale un appui pour la tenue des élections dans le meilleur délai", a répondu l'abbé Donatien Shole, porte-parole des évêques.

 

Sanctions financières contre Joseph Kabila

Face à cette impasse politique, de nombreux analystes préconisent la prise des sanctions financières contre Joseph Kabila et sa famille. C'est le cas d'Herman Cohen, ancien ministre adjoint des Affaires Etrangères chargé de l'Afrique pendant la présidence de George Bush père.

Joseph Kabila est pressé par la communauté internationale pour organiser les élections générales, en l'occurrence l'élection présidentielle.

Joseph Kabila est pressé par la communauté internationale pour organiser les élections générales, en l'occurrence l'élection présidentielle.

"Les USA, pendant l'administration de Obama, ont déjà appliqué des sanctions contre des hautes personnalités, autour de Kabila, pour les pousser dans la bonne direction. S'ils ne voient pas un bon calendrier, avec une élection en 2018, ils peuvent étendre ces sanctions. Et aussi, ils n'ont jamais sanctionné la famille Kabila. Ca peut marcher, surtout si les Européens, Français et Belges notamment, sont avec les Américains", soutien le professeur au département d'études africaines de l'Université Johns Hopkins à Washington. 

La prise des sanctions sera t-elle efficace ? "Vous savez, Mobutu était aussi de marbre, à l'époque où, on l'avait privé de visa pour voyager aux USA. Mais, il en souffrait. Moi, je crois que le département du trésor, devrait prendre des sanctions identiques", estime pour sa part le journaliste congolais Baudouin Amba Wetshi. "On a touché l’entourage, mais jusqu'ici, Kabila et sa famille ne sont pas touchés. En tout cas, il  faut que ca soit accompagné comme on dit, par la carotte et le bâton. C'est la manière pour Kabila de comprendre", insiste-t-il.

 

Satisfaction de la société civile

Des refugiés congolais à Goma.

Des refugiés congolais à Goma.

La fermeté affichée  par Nikki Haley a été très appréciée par la société civile congolaise. En plus des sanctions qui pourraient être prises contre le président congolais, Jean Pierre Mulumba, un activiste du mouvement pro-démocratie la Lucha, Lutte pour le changement, propose une transition de six mois, sans Joseph Kabila. C'est l'option qu'émettent régulièrement la plupart des ténors de l’opposition congolaise et une frange de la société civile.

Au cours de son séjour en RDC, Nikki Haley s'est rendu à Goma puis à Kitchanga dans la province du Nord-Kivu, dans l'est du pays, déchiré par des conflits armés depuis deux décennies. Elle y a  visité un camp de personnes déplacées. 


L’ambassadrice américaine à l'ONU qui a rang de ministre dans l'administration américaine, effectue ainsi son premier voyage en Afrique. Avant l'étape congolaise, elle s'était déjà rendu  en Ethiopie, au Soudan du Sud, pays en proie à une instabilité politique aux relents de rivalités ethniques.
      

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !