1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Les trois options de Poutine

Les journaux allemands commentent ce mardi la crise en Ukraine et la politique du président russe Vladimir Poutine.

«Les options de Poutine», tel est le titre que la Süddeutsche Zeitung et la Frankfurter Allgemeine Zeitung donnent à leurs commentaires.

«Vladimir Poutine a trois options. La première serait d'envahir l'est de l'Ukraine afin de l'annexer comme cela a été le cas pour la Crimée, relève la Süddeutsche Zeitung. Mais ce serait risqué, parce que la Russie aurait alors si nettement le rôle de l'agresseur que le pays risquerait de se retrouver dangereusement isolé. La seconde option est sans doute plus attrayante pour le président russe. Il peut continuer de jouer avec les instruments que sont pour lui le gaz russe dont l'Ukraine a besoin, il peut continuer aussi les provocations et jouer avec ses troupes à la frontière pour attendre en toute quiétude la dissolution de l'Ukraine. Enfin, la troisième option serait qu'il lâche un peu de lest et fasse baisser la pression. C'est sans doute l'option n°2 qu'il choisira. Et, pressent la Süddeutsche, cela signifie un désastre pour l'Ukraine et de forts désagréments pour l'Union européenne et les Etats- Unis.»

Des manifestantes pro-russes à Slaviansk, dans l'est de l'Ukraine

Des manifestantes pro-russes à Slaviansk, dans l'est de l'Ukraine

De son côté, la Frankfurter Allgemeine Zeitung estime que «cela a été une faiblesse que les Européens de l'Ouest aient écarté "toute option militaire" dès le début. A Berlin également, la coalition gouvernementale a très vite choisi ce langage. Langage en harmonie avec le rayon de soleil qu'a laissé entrevoir la rencontre de Genève avant Pâques. Mais les nuages sont vite revenus. De nouvelles menaces de Moscou et la fusillade de Slaviansk dans l'est ukrainien ont montré les faiblesses de la déclaration de Genève.»

«Entretemps, il est clair que la Russie n'a jamais eu la moindre intention de respecter l'accord de Genève», souligne Die Welt. «Les hommes verts en treillis de camouflage, sans aucun insigne militaire, continuent leurs provocations dans l'est ukrainien. Rien n'indique que leur parrain russe les ait rappelés à l'ordre. Au lieu de cela, Moscou préfère reprocher au gouvernement de Kiev de ne pas respecter l'accord de Genève! C'est le monde à l'envers! Mais l'art et la manière dont Poutine mène l'Occident par le bout du nez depuis des mois, avec un mélange de guerre de propagande, d'opérations militaires masquées, de virevoltes politiques et d'habile influence de l'opinion publique occidentale doivent imposer le respect à tout admirateur de Machiavel!», ironise le journal.

Les ruines de l'immeuble du Rana Plaza au Bangladesh

Les ruines de l'immeuble du Rana Plaza au Bangladesh

A la Une de son édition de ce mardi, die tageszeitung montre sur une demi-page la photo de décombres et de poutres en béton illustrant un drame qui s'est produit au Bangladesh il y a un an. Ce jour-là, l'immeuble de l' usine de couture Rana Plaza s'effondrait comme un château de cartes, ensevelissant 3.600 ouvrières et ouvriers.

«C'est à peine croyable, s'indigne la taz, un an après le drame, il n'y a toujours pas de liste complète des victimes de ce plus grave accident de l'histoire de l'industrie du pays. Et on ignore toujours qui a droit à quel dédommagement . La léthargie du gouvernement, du propriétaire de l'usine et des firmes de vêtements au Bangladesh est inimaginable!», s'insurge le journal berlinois.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !