1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les syndicats nigérians suspendent la grève

Après une semaine de paralysie, le président Goodluck Jonathan a annoncé une baisse du prix des carburants. Les syndicats ont interrompu leur mouvement suite à l'intervention de l'armée contre des manifestants à Lagos.

La fin des subventions au carburant, annoncée le 1er janvier, a mis le feu aux poudres

La fin des subventions au carburant, annoncée le 1er janvier, a mis le feu aux poudres

Après un week-end de négociation avec les centrales syndicales du pays, le président Goodluck Jonathan a annoncé des mesures pour tenter d'apaiser la contestation :

Depuis deux semaines, les manifestations de protestation se multiplient à travers le pays

Depuis deux semaines, les manifestations de protestation se multiplient à travers le pays

« Compte tenu des difficultés rencontrées par les Nigérians et après consultation avec les gouverneurs des différents Etats et des membres de l'Assemblée, le gouvernement a approuvé une baisse du prix de l'essence à la pompe à 97 nairas le litre. »

La mesure a d'abord été jugée insuffisante par les syndicats, qui réclament un rétablissement complet des subventions sur les carburants et le retour au prix de l'essence avant les dernières augmentations, c'est à dire à 65 nairas. Goodluck Jonathan a prévenu que la baisse annoncée du prix de l'essence ne signifie pas un retour en arrière. Dans son intervention, le président nigérian a indiqué que son gouvernement allait continuer sa politique de dérèglementation complète du secteur pétrolier.

Tout en maintenant leur mot d'ordre de grève, les syndicats semblaient prêts à poursuivre sur la voie du dialogue : les confédérations syndicales qui avaient appelé à poursuivre les manifestations ce lundi avaient finalement renoncé à descendre dans les rues afin d'éviter d'éventuels débordements.

Goodluck Jonathan

Goodluck Jonathan

L'intervention de l'armée avec véhicules blindés et bombes lacrymogènes contre des centaines de manifestants à Lagos, la capitale économique, semble avoir convaincu les derniers à suspendre la grève générale.

« Les syndicats et leurs partenaires annoncent formellement la suspension de la grève, des rassemblements et des manifestations à travers le pays », a déclaré à Abuja le chef de la puissante centrale syndicale nigériane, le Nigeria Labour Congress, Abdulwahed Omar.

Il reste donc à savoir ce que la suite des négociations apportera, quand on sait que la situation pourrait s'aggraver si le principal syndicat du secteur pétrolier, clé de l'économie nationale, mettait à exécution sa menace de se joindre à la grève générale, dont il est resté pour l'instant à l'écart.

Ecoutez ci-dessous le point en fin d'après-midi avec notre correspondant à Lagos, Ishiaka Adegboye.

Auteur : Eric Segueda
Edition : Georges Ibrahim Tounkara, Anne Le Touzé

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !