Les sourires crispés du G20 | International | DW | 11.11.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Les sourires crispés du G20

Le président américain Barack Obama a rencontré son homologue chinois Hu Jintao et la chancelière Angela Merkel avant l'ouverture du sommet. Mais les poignées de mains ont du mal à faire oublier les tensions.

default

Le sommet de Séoul sera-t-il une réunion pour rien, un coup d'épée dans l'eau alors que la tension sur les taux de change est à son paroxysme ? Les Etats-Unis sont critiqués par l'Allemagne et la Chine depuis que la Fed, la banque fédérale américaine, a décidé la semaine dernière de faire marcher la planche à billet et d'injecter, d’ici juin 2011, quelques 600 milliards de dollars pour racheter des Bons du trésor américain. Une mesure qui a pour conséquence de faire baisser la valeur du dollar et donc de favoriser les exportations américaines. Face à cette mauvaise humeur, le président Barack Obama a envoyé une lettre dans laquelle il a écrit qu'une « reprise américaine forte, créatrice d'emplois et de richesse, est le meilleur service que les Etats-Unis peuvent rendre à l'économie mondiale. » Une manière de dire que ce qui était bon pour l'économie américaine, premier marché mondial, est bon pour le monde. Ce qui n'a pas eu l'air de convaincre les autres chefs d'état.

Comme l'a écrit le Wall-Street journal la veille, il est encore trop tôt pour dire si cette lettre va apaiser les nerfs ou au contraire mettre le feu aux poudres. Car ce sommet du G20 est mal parti. Mardi, une réunion au niveau des ministres des finances du G20 s'est soldée par un échec et Kim Yoon-Kyung, le porte-parole du G20, a admis qu'il avait fallu « ouvrir les portes car le débat était si animé que les participants manquaient d'oxygène ». Derrière ces désaccords se tient bien entendu la question des taux de change. Les Etats-Unis ne sont pas les seuls visés. La Chine est accusée depuis longtemps d'entretenir un taux de change administratif bien trop bas, ce qui dope ses exportations.

China Währung 100 Yuan Banknoten in Schanghai

Le faible niveau du yuan critiqué par Washington

Refus de Berlin et Pékin

Enfin, les Etats-Unis critiquent aussi les excédents de la balance des comptes courants de la Chine et de l'Allemagne. Ces deux pays, dont l'économie repose sur l'export, ne consommeraient pas assez ce qui entretient un excédent commercial qui, comparé au déficit des Etats-Unis, creuse des inégalités malsaines pour l'économie mondiale. Washington a proposé de limiter ces excédents mais Pékin et Berlin ont refusé. « Nous considérons les limitations des excédents commerciaux et des déficits ni économiquement justifiés ni politiquement raisonnable et nous croyons que cela ne peut que nous égarer », a affirmé la chancelière allemande Angela Merkel. « Je crois que les différences de compétitivité des différents états ne doivent pas être remis en cause simplement par des barrières mises en place au niveau politique. »

g20 Seoul angela merkel Barack Obama

Barack Obama et Angela Merkel affichent leur entente malgré les divergences

Revenir à Bretton Woods

Mais le G20 devra aussi s'attaquer à d'autres barrières. L'écart de croissance entre les pays occidentaux et les pays émergents crée un afflux de capitaux au Brésil, en Corée du Sud ou à Taiwan. Pour freiner cet afflux de capitaux et la hausse de leur monnaie, ces pays ont mis en place des taxes sur les investissements étrangers. Un réflexe protectionniste qui fait craindre une aggravation de la crise.

Dans ce contexte assez tendu, le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, a confié lundi au Financial Times qu'il serait bon de rétablir l'or dans le système monétaire international. Une manière de revenir aux accords de Bretton-Woods où le dollar était défini par rapport à l'or. Mais ce système a explosé en 1971 pour laisser place à des taux de change flottants entre les différentes monnaies. C'est ce système qui aujourd'hui semble s'essouffler. Mais personne ne s'attend à ce que la réunion de jeudi et vendredi à Séoul puisse accoucher d'un nouveau système monétaire international.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Philippe Pognan

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !