1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Les services secrets dans le collimateur

Les journaux accordent toujours une large place à l'affaire du groupuscule néonazi NSU. La responsabilité des services de sécurité est pointée du doigt, pour n'avoir pas empêché la série de meurtres racistes.

default

Extrait d'une vidéo d'un membre du groupe Clandes- tinité national-socialiste (NSU)

La presse s'interroge notamment sur la présence d'un employé des services secrets sur au moins un des lieux du crime, un employé surnommé « Petit Adolf » en référence à ses opinions politiques.
Anschlag Internetcafe in Kassel 2006

En 2006, un propriétaire de cybercafé a été tué à Kassel. Un employé des services secrets était sur place.

Est-il vraiment possible, se demande la Süddeutsche Zeitung, que des agents du renseignement aient aidé, volontairement ou non, un commando de tueurs néonazis ? Se pourrait-il que des fonctionnaires au service de l'Etat soient au fond des ennemis de l'Etat déguisés ? Il est inquiétant de voir des responsables politiques sérieux évoquer cette option en coulisse, estime le quotidien pour qui cette affaire s'ajoute à d'autres, nombreuses, autour des services secrets allemands.

L'effroi est grand, et pour cause, commente la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Certes, on sait depuis longtemps que des néonazis convaincus font partie du réseau d'indicateurs des services secrets, certains occupant même de hautes fonctions au sein du parti d'extrême-droite NPD. Ce qu'on peut se demander en revanche, c'est pourquoi une série de meurtres terroristes n'a pas été reconnue en tant que telle alors que les indicateurs sont si nombreux et si bien placés. Pour le journal, c'est soit parce que les tueurs faisaient partie d'un groupuscule de « fous furieux » difficile à infiltrer. Soit parce que les services secrets sont eux-mêmes infiltrés par des « fous furieux ».

Symbolfoto für Rechtextremismus

L'opinion publique allemande trop blasée face aux extrémistes ?

Attention à ne pas exagérer la polémique, prévient la tageszeitung. Certes, il y a de bonnes raisons de réfléchir à une réorganisation des services secrets, mais il n'y a pas assez d'éléments pour tout leur mettre sur le dos. Ces crimes odieux sont peut-être une preuve que nous ne vivons pas dans un Etat policier dans lequel les autorités seraient omniscientes. Ceux qui souhaitent que les enquêtes soient efficaces à 100 % devraient aussi accepter la possibilité d'un fichage complet de la population. Mais ceux qui ne veulent pas d'un Etat préventif devraient contenir leurs critiques.

Die Welt, enfin, s'étonne de l'indifférence avec laquelle les Allemands, responsables politiques en première ligne, réagissent à cette affaire. C'est comme si les révélations ne faisaient que confirmer ce qu'on savait déjà sur la scène extrémiste. Le journal estime que les hauts représentants de l'Etat devraient exprimer davantage d'empathie envers les familles des victimes, même si les crimes racistes remontent à plusieurs années.

Auteur : Anne Le Touzé
Edition : Sébastien Martineau

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !